Connectez-vous

Visite de l’épave du Kea Trader par des autorités civile et coutumières à bord du bâtiment multi-missions d’Entrecasteaux.

Mardi 13 Novembre 2018

Concrétisation d’un engagement de longue date, l’embarquement d’autorités civiles de la Nouvelle-Calédonie et coutumières des îles Loyauté, pour se rendre sur le récif Durand et visualiser l’épave du Kea Trader, a pu être réalisé le lundi 12 novembre. Cette visite organisée par le commandant de zone maritime a mobilisé des moyens des FANC et permis à un large panel de se rendre compte sur site des réalités du chantier. Une première moitié de la délégation, composée du Haut-commissaire, de membres du gouvernement de Nouvelle-Calédonie et de personnalités civiles et coutumières de Lifou et d’Ouvéa a ainsi décollé en hélicoptère Puma de Nouméa pour rejoindre à Tadine, à bord du bâtiment multi-missions d’Entrecasteaux, les autorités de la province des îles et de Maré.



Visite de l’épave du Kea Trader par des autorités civile et coutumières à bord du bâtiment multi-missions d’Entrecasteaux.
Visite de l’épave du Kea Trader par des autorités civile et coutumières à bord du bâtiment multi-missions d’Entrecasteaux.

Ce déplacement en mer a permis d’illustrer le caractère unique de ce chantier de déconstruction en haute mer, tout spécialement difficile du fait des conditions de houles croisées qui y sévissent et de l’isolement du site. Il aura ainsi fallu une journée entière pour se rendre sur le récif, échanger quelques mots à la VHF avec les deux bâtiments de Shanghaï Salvage Company à pied d’œuvre et revenir sur Maré avant la nuit. Un briefing sur l’état d’avancement des travaux et les défis qui restent à relever a été présenté et la durée du transit a été l’occasion de nombreux échanges.
L’entreprise chinoise, mandatée par le propriétaire, continue ses travaux d’ingénierie pour appréhender le plus finement possible les conditions si singulières de ce récif. Des simulations en bassin sont actuellement en cours au sein d’une université de référence à Shanghaï pour mesure les impacts de différentes conditions météorologiques et les anticiper au mieux. Elles doivent se conduire tout au long du mois de novembre et ont vocation à valider des phases critiques du plan de retrait. Cette validation doit se faire en plusieurs étapes et comporte plusieurs points d’arrêts, requérant l’avis de nombreux spécialistes, en Nouvelle-Calédonie comme en métropole.

Source FANC



Politique | Société | Les videos | Entreprises | La Culture | Environnement | Les sports | Sciences | L'actualité | La vie des communes | Qui sommes-nous? | Océanie | Vu sur le Web | La vie des associations