Connectez-vous

Une nouvelle station d'épuration à Sainte Marie : le point de vue de Jean-Lèques

Lundi 23 Décembre 2013

La station d'épuration de la baie de Sainte-Marie fonctionne. La ville de Nouméa qui poursuit son programme d'assainissement et son délégataire, la Calédonienne des eaux ont donc mis en service, ce matin, cette nouvelle station d'épuration.



©DCE
©DCE
 
 
 La construction de cette nouvelle station a débuté en mai 2012 et aura coûté 2,3 milliards financés par la Calédoniennes des eaux, avec l'apport de la défiscalisation, à hauteur de 23 %. Mais au-delà du financement, cette nouvelle station, la septième de la ville de Nouméa, traitera les eaux usées des quartiers de Tuband, du faubourg Blanchot, de la vallée des Colons, de Sainte-Marie, mais aussi du Nord de Ouémo et de Magenta. Ce sont donc les rejets de 30 mille habitants qui seront traités, avec une extension possible à 60 mille habitants. Le maire, Jean Lèques, lors de cette mise en service, ce matin, s'est félicité de l'opération :
 
Jean Lèques : "J'ai voulu que nous engagions résolument, depuis dès 1987, l'assainissement de cette ville de Nouméa. De mettre en place un assainissement avec toutes les difficultés que cela comporte, il fallait, c'est vrai, de la part des responsables, une certaine volonté d'aller jusqu'au bout du combat, parce qu'on a rencontré de nombreuses difficultés. Mais le socle est là maintenant, avec les stations que nous avons, on peut espérer des améliorations de conditions de vie, au regard de l'assainissement, c'est en tout les cas ce que je souhaite à Nouméa. "
 
Journaliste : Concernant le principe de cette station d'épuration, il est simple, les eaux qui arrivent sont épurées naturellement à l'aide de bactéries qui assimilent les pollutions. Une fois traitées, les eaux sont ultra-filtrées à travers des membranes longues de deux mètres de long. L'eau est ensuite jetée à la mer dans une qualité irréprochable et répondant aux normes européennes en la matière. La qualité des eaux du lagon est ainsi protégée, et même amélioré, selon la calédonienne des eaux. Concernant les bactéries qui ont été récupérées au début de l'opération de traitement dans les eaux sales, elles sont tout simplement agglomérées sous formes de boues et transportées au dépotoir. La Calédonienne des eaux a enfin précisé, ce matin, que cette nouvelle station était construite sous le concept HQE, haute qualité environnemental, mettant ainsi l'accent sur, et c'est important, la réduction des risque de nuisances, tels que le bruit, les déchets, et surtout les odeurs. Sur ce dernier point, par exemple, la limitation des odeurs se fait par un système d'extraction grâce à un système de désodorisation composée, notamment de fibres de coco. 
 
 

Source RRB



Les communiqués "Société" | Les archives Société | Communiqués Entreprises | Les videos | Les archives | Interview Découverte