Connectez-vous

Une nouvelle jeunesse pour le Parc Zoologique et Forestier

Vendredi 6 Décembre 2013

La province Sud vient d’accueillir, pendant une semaine, le directeur de la ménagerie du Jardin des plantes, Michel Saint-Jalme. Il contribuera, par son expertise et ses conseils, à la rédaction du plan de gestion du parc zoologique, structure unique en son genre en Nouvelle-Calédonie.



Le code de l’Environnement de la province Sud prévoit la mise en place de plans de gestion de certaines aires protégées. Après le Parc Provincial de la Rivière Bleue, la direction de l’Environnement prépare celui du Parc Zoologique et Forestier ; « un parc au potentiel majeur et un espace exceptionnel, car totalement immergé dans le milieu naturel », s’est émerveillé l’expert parisien.
 
Créé en 1962 et fort d’une importante fréquentation (la barre des 100 000 visiteurs annuels devrait être atteinte fin décembre), ce parc adulé des Calédoniens (qui représentent environ 80 % des visiteurs) depuis 50 ans est aussi le seul à abriter une collection d’animaux, terrestres et vivants, endémiques. À ce titre, et pour rester dans l’air du temps, une refonte du parc a été engagée il y a quelques années à travers un plan d’aménagement qui a permis notamment la création de la zone du lac (400 millions de francs engagés).
Un très fort potentiel zoologique
 
Dans un deuxième temps, le plan de gestion, auquel contribue Michel Saint-Jalme par ses recommandations, permettra de définir des priorités : quel positionnement adopter quant à la collection animale ? Comment développer la mission d’éducation à la nature pour susciter, chez les visiteurs, l’envie de la protéger ? Comment attirer de nouveaux publics et des équipes de recherche ? Quelles stratégies pour les opérations de réintroduction d’espèces endémiques, comme les cagous ?
 
« Nous devons trouver un équilibre entre tous ces objectifs pour nous défaire de l’image de “cirque” que les zoos ont eu pendant longtemps. Nous ne sommes plus des préleveurs, mais des conservateurs », résume Almudena Lorenzo, la responsable de l’antenne territoriale du Grand Nouméa, dont dépend le PZF.
 
Et Éric Backés, secrétaire général adjoint en charge de l’Environnement et du développement durable, de compléter : « Des améliorations semblent envisageables sur des thèmes aussi diversifiés que l’aménagement des enclos et la création d’“enrichissements“, pour occuper les spécimens et amuser le public, mais aussi pour mieux les sécuriser et anticiper les risques sanitaires. »
 
« Le parc forestier a déjà fait des avancées spectaculaires, conclut Pascal Vittori, deuxième vice-président de la province Sud. Le plan de gestion, que nous adopterons courant 2014, devra lui permettre de poursuivre dans cette voie, afin d’offrir à ses visiteurs ce qui se fait de mieux dans le monde des parcs animaliers. »
 
 

Frédéric Dhie



Les communiqués "Société" | Les archives Société | Communiqués Entreprises | Les videos | Les archives | Interview Découverte