Connectez-vous

Une déclaration en confiance

Jeudi 29 Août 2019

Jeudi 22 août 2019, devant les élus du Congrès et durant un peu plus d’une heure, Thierry Santa a prononcé au nom du 16e gouvernement de la Nouvelle-Calédonie sa déclaration de politique générale. Avec, comme colonne vertébrale, les conditions à mettre en œuvre pour construire un avenir à la jeunesse du pays et aux générations futures.




Ce fil rouge s’est imposé naturellement. Parce que « l’avenir de notre jeunesse est une cause qui transcende les clivages classiques ». Premier élément indispensable, bénéficier d’un environnement sain, ouvert sur le monde, car aujourd’hui « la préservation de l’environnement dépasse très largement nos frontières ». Des États généraux sur la réduction et la valorisation des déchets, la définition d’une véritable stratégie maritime, notre biodiversité exceptionnelle comme moteur d’un tourisme écologique et culturel haut de gamme, les idées ne manquent pas.

Deuxième objectif, emblématique, reconnaître et promouvoir la diversité culturelle, à l’école, lors de manifestations, de manière à susciter un sentiment d’appartenance à une communauté calédonienne apaisée et à favoriser le fondement de notre identité de demain. Bien vivre suppose également d’être bien dans son corps et dans sa tête. Mens sana in corpore sano. Notre jeunesse ne pourra sereinement se projeter dans l’avenir qu’en bonne santé et bien formée. « Promouvoir la santé, tant physique que psychique, assurer une éducation de qualité : ces deux grandes ambitions seront au cœur de l’action de ce gouvernement », précise Thierry Santa.

L’instauration d’une taxe comportementale sur le sucre permettra de combler en partie le déficit du système de santé, mais surtout de lutter contre le fléau de l’obésité qui frappe de nombreux adolescents. Le gouvernement soutiendra par ailleurs tous les dispositifs et actions ciblés vers les publics les plus éloignés de la pratique physique et sportive, afin d’améliorer la prévention de la santé et de renforcer le lien social.

Poursuivre la diversification économique

En matière d’enseignement, la priorité est donnée à la « lutte sans merci contre l’illettrisme et l’innumérisme et au retour aux fondamentaux : lire, écrire, compter ». Des compétences clés pour réussir son insertion sociale et professionnelle, et pour exercer ses droits de citoyen.
Et l’on en arrive au cœur de la déclaration de politique générale, le volet économique. « Le gouvernement mènera une politique de relance pour permettre à la Nouvelle-Calédonie de retrouver le chemin de la croissance, de la prospérité et de la création d’emplois. » Mais comment redonner confiance au monde économique ? « Grâce à une loi de relance construite avec l’ensemble des acteurs et une loi de programmation fiscale qui donnera de la perspective aux investisseurs. » Parmi les mesures en gestation, la simplification de la TGC et l’apport d’une TGC sociale pour redonner du pouvoir d’achat aux Calédoniens et améliorer la compétitivité des entreprises. Avec des fondamentaux en ordre de marche, il sera alors possible de poursuivre la diversification économique, et notamment d’optimiser le développement des biotechnologies – aux champs d’application multiples –, « une source potentielle de revenus insuffisamment exploitée ».

Un plan de transformation numérique

Terre d’innovation, la Nouvelle-Calédonie doit aussi réussir sa révolution numérique. Les enjeux convergent tous vers la simplification. Des procédures, de la vie des entreprises et de chaque Calédonien. « La recherche de l’efficience et de l’efficacité de la dépense publique permettra de dégager des marges de manœuvre qui profiteront au plan de relance de l’économie calédonienne, assure Thierry Santa. Il est temps de transcender le “mille-feuille administratif”, de décloisonner les fonctionnements en silo, pour créer de la synergie. Nous devons […] proposer un véritable plan de transformation numérique de l’action publique, innovant et audacieux ».
Enfin, il s’agit de privilégier un avenir en sécurité. Sécurité au sein de la famille, à l’école, sanitaire, sociale… Et de lutter encore et toujours contre toutes formes de violences et tenter d’endiguer les actes de délinquance. Le gouvernement envisage de faciliter l’intégration des coutumiers dans les démarches judiciaires relatives aux mineurs (comme en Nouvelle-Zélande), de créer un centre d’insertion par le travail et, d’une manière générale, d’aller au plus près des publics en difficultés pour leur proposer des outils et dispositifs d’insertion susceptibles de les aider à (re)trouver dignité et reconnaissance.

Au-dessus des logiques politiciennes

À l’arrivée, cette déclaration de politique générale s’inscrit dans une méthode participative de large concertation. « On y retrouve des mesures antérieures qui nous paraissent bonnes, comme le cadre global du plan Do Kamo tout à fait pertinent, dont certaines pourront être légèrement adaptées », souligne le président. Avant de conclure : « Je me déconnecte des logiques politiciennes qui, à mon sens, ne sont pas à la hauteur des responsabilités qui sont les nôtres ».

Extraits
- « Trop de jeunes Calédoniens formés, malgré leur attachement au territoire, voient leur volonté entravée par le manque d’opportunités. Il est de notre responsabilité de leur proposer des perspectives professionnelles en Nouvelle-Calédonie, et de renouer avec l’esprit pionnier. »
- « Dans les prochains jours, nous lancerons le “Grand débat des entreprises”, dans les trois provinces, pour que les entreprises calédoniennes viennent elles-mêmes alimenter cette loi, et plus largement toute l’action économique du gouvernement. »
- « Notre action concernant l’industrie locale sera guidée par une philosophie : cessons d’interdire. Le gouvernement ne supprimera pas toutes les protections de marché, mais conditionnera leur attribution ou leur maintien à des contreparties en termes d’emplois, d’investissement ou de prix. Là encore, notre volonté est de favoriser la confiance entre les Calédoniens, entre les consommateurs et les producteurs. »
- « Terre de pionniers, la Nouvelle-Calédonie regorge encore de projets innovants dont elle doit faciliter l’éclosion. Nombreux sont les acteurs à vouloir développer ici des filières d’avenir, et donc davantage de débouchés pour notre jeunesse. »
- « Il faudra faire évoluer le schéma minier, et définir une vision stratégique commune pour consolider les acteurs métallurgiques et miniers du territoire. Ce modèle économique partagé devra prévoir de nouvelles ressources qui alimenteront à la fois les budgets des collectivités et un fonds pour les générations futures. Il est temps d’opérer la transformation de nos ressources minières périssables en ressources financières pérennes. »
- « Collectivités de proximité, les communes de Nouvelle-Calédonie sont les “grandes oubliées” de l’Accord de Nouméa et de la Loi organique alors qu’elles doivent répondre aux besoins quotidiens des administrés. Ce gouvernement ouvrira la réflexion pour les doter d’une autonomie financière et de dispositifs juridiques et opérationnels qui leur permettent de mieux maîtriser leur aménagement et leur développement. »
- « Nous avons aussi à bâtir une école bienveillante, car l’école est, et doit rester un sanctuaire. Nos enfants doivent y vivre et étudier dans un climat serein, sûr et apaisé. Il faut ramener le respect dû aux enseignants et à la communauté éducative, et lutter contre toutes les formes de violences dans et hors des établissements scolaires. »
- « Sachez que je mets tout en œuvre pour faire en sorte que les paiements aux assurés, aux professionnels de santé, et aux centres hospitaliers soient maintenus. Dans un premier temps, nous trouverons de quoi combler le déficit de trésorerie du RUAMM qui continuera de se creuser tant que des décisions courageuses ne seront pas prises. »
- « Le gouvernement de la Nouvelle-Calédonie est ce lieu où toutes les sensibilités politiques sont représentées et où ceux qui les incarnent ont la responsabilité de surmonter leurs divergences, par le dialogue, afin de faire progresser le pays. Aussi, tous nos discours de paix, et de développement, ne resteront que de vains mots si nous ne faisons pas œuvre collective, le plus souvent possible, et le plus loin possible. »
- « Le XXIe siècle est mondialisé, interconnecté, centré sur l’environnement et l’esprit d’innovation. Je suis intimement convaincu que la Nouvelle-Calédonie a un rôle à jouer, pourvu que collectivement nous renoncions à nos vieux démons pour jeter toutes nos forces vers l’avenir. »


Les grands chantiers à venir
- 2 x 2 voies jusqu’à Tontouta
- Voie rapide vers le Mont-Dore
- Village des cultures calédoniennes
- Barrage hydraulique de Pouembout
- Dragage de la grande rade de Nouméa…

Frédéric Dhie



Politique | Société | Les videos | Entreprises | La Culture | Environnement | Les sports | Sciences | L'actualité | La vie des communes | Qui sommes-nous? | Océanie | La vie des associations