Connectez-vous

Un accord commercial avec le Vanuatu se profile

Mardi 12 Février 2019

Le premier Sommet économique Nouvelle-Calédonie-Vanuatu aura lieu le 13 février à Nouméa. Il sera l’occasion de poser les bases d’un accord commercial entre les deux archipels, une première pour la Nouvelle-Calédonie.





Volonté commune du président du gouvernement, Philippe Germain, et du Premier ministre du Vanuatu, Charlot Salwai, cette journée placée sous le signe de l’économie, réunira autorités vanuataises et calédoniennes, et des acteurs économiques, au siège de la CPS à Nouméa. 
La tenue de ce sommet s’inscrit dans le cadre de la politique d’intégration régionale et de diplomatie économique menée par le gouvernement, et des relations de longue date nouées avec notre plus proche voisin. « Nous avons souhaité renforcer cette coopération dès 2016 et l’année suivante, un cadre conjoint a été signé, a rappelé Philippe Germain. Cet accord porte sur tous les domaines où nous avons intérêt à coopérer : éducation et formation, francophonie, transports, environnement, santé, économie… » Pour Charlot Salwai, les « résultats de cette coopération se voient déjà, notamment dans l’éducation », secteur prioritaire du Premier ministre.  

Listes de produits

Une nouvelle étape va être franchie à l’issue du sommet, avec la signature d’une déclaration conjointe relative au développement des échanges économiques et commerciaux entre les deux archipels. Ce dispositif sans précédent vise à fluidifier les relations commerciales entre les deux pays grâce à l’établissement de deux listes de plus de
40 produits chacune (agricoles, agroalimentaires, issus de la transformation, services) susceptibles d’être exportés vers l’un ou l’autre pays. Listes sur lesquelles les deux gouvernements et les représentants du monde économique travaillent depuis un an. « Cette alliance doit favoriser nos échanges commerciaux sans porter atteinte au tissu économique de chacun. Le but est d'être complémentaire », a souligné le président du gouvernement.

Lever les barrières

Et les discussions devraient encore se poursuivre pendant le sommet économique où les grandes lignes du futur accord commercial seront présentées. « L’objectif est de lever les barrières juridiques, phytosanitaires, fiscales, là où nous décidons de le faire, a indiqué Philippe Germain. Ces listes sont une première marche et pourront être renforcées par la suite ». Ainsi, ce sommet devrait aussi permettre de développer la coopération administrative entre les deux gouvernements dans des domaines divers tels que la biosécurité, les douanes, la formation professionnelle, etc. Le projet d’accord fera ensuite l'objet, dans les meilleurs délais, d'une saisine du Congrès visant à habiliter le président du gouvernement à négocier cette future alliance commerciale qui « résulte de la volonté de deux pays de travailler ensemble », a insisté le Premier ministre du Vanuatu.

De nombreuses visites

La délégation du gouvernement vanuatais, conduite par son Premier ministre Charlot Salwai, profite également de cette visite officielle pour aller à la rencontre des acteurs  économiques et institutionnels calédoniens. La première journée, le 11 février, a été consacrée aux visites d’organismes publics d’aménagement (Secal et Sic) et de formation (EFPA et Université). Mardi, les rencontres protocolaires seront suivies d’une découverte du Médipôle. Un programme qui devrait encore permettre de nourrir les échanges dans les secteurs de coopération identifiés.

Source gouvernement



Les Communiqués sur l'Océanie | Archives Océanie