Connectez-vous

UC - LA PAGE CHARLIE PIDJOT EST TOURNÉE : drapeau commun, monnaie locale, un seul referendum

Vendredi 22 Mai 2015

Le Président de l’Union Calédonienne, Daniel Goa, s’exprime dans une intéressante interview réalisée par Les Nouvelles Calédoniennes. On y découvre un responsable autoritaire. Parlant de ceux qui ne sont pas d’accord : « Ces quelques personnalités qui font les « mauvais élèves » devront s’aligner à un moment donné, sinon elles vont se retrouver toutes seules ». Indépendantiste convaincu, ancien adhérent du Parti communiste et formé en partie à Moscou, adepte d’une monnaie ni euro, ni franc, mais locale, il tourne symboliquement la page « Charlie Pidjot » en se prononçant pour un drapeau commun.



UC - LA PAGE CHARLIE PIDJOT EST TOURNÉE : drapeau commun, monnaie locale, un seul referendum
Déchiffrage.

UNE LIGNE POLITIQUE FERME
Assumant le soutien à Philippe Germain « Avec Calédonie Ensemble nous sommes dans la même démarche : 51% dans la SLN », et au delà, sur une « démarche » de décolonisation, le Maire de Hienghène exprime une ligne dure sur l’interprétation de l’Accord de Nouméa. Ce dernier « s’est construit pour éteindre les conflits de légitimité entre Caldoches et Kanak ». Or cette interprétation est plus proche de la tentative de Nainvilles-les-Roches que de l’esprit des Accords originels de Matignon. Dans ces accords, le concept d’indépendance kanak et socialiste réduite donc aux seuls kanak auxquels s’ajoutaient les « victimes de l’Histoire », avait évolué en faveur de quasiment toute la population présente en Nouvelle-Calédonie lors du referendum de 1988. Bien davantage que les seuls « Caldoches et Kanak ».
Lisez la suite et abonnez vous à mon Blog gabybriault.com

Lire l'interview de Daniel Goa dans LNC

FLG/GB



Archives du web