Connectez-vous

« Souverainistes et indépendantistes écartent tout élargissement du corps électoral provincial »

Lundi 17 Décembre 2018

L’association Un cœur une voix, prend acte des conclusions du XVIIIe Comité des signataires, et plus spécifiquement du désaccord profond et persistant sur le dégel du corps électoral entre les partenaires loyalistes et indépendantistes de l’Accord de Nouméa.
A la lecture du Relevé de conclusions du Comité des signataires du 14 décembre 2018 Un cœur une voix, constate




1 – Que l’Etat républicain a tenu ses engagements de faire inscrire la question de la réouverture du corps électoral provincial pour les élections désormais prévues le 12 mai 2019, comme l’association des 41 600 exclus le lui avait demandé (courrier à l’adresse du Premier ministre en date du 30 novembre dernier). Ce dont nous le remercions vivement.

2 – Que les partis vraiment loyalistes (Républicains Calédoniens, Rassemblement-Les Républicains, MPC) ont défendu, avec force, ferveur et conviction, le retour à un corps électoral glissant aux élections provinciales, tel que prévu par les signataires de l’Accord de Nouméa. A l’instar de Sonia Backes, ils ont soutenu que cette exclusion devait cesser :
« On ne construira rien en Calédonie en excluant 1⁄4 de la population. Et vous savez monsieur le Premier Ministre, la plus grande partie de ces personnes ne sont pas des gens de passage, ce sont nos conjoints, nos amis, ce sont des chefs d’entreprise, des médecins, des fonctionnaires, des salariés installés en Calédonie depuis 10, 15 ou 20 ans parfois pour ceux qui n’ont pas fait les démarches d’inscription avant 1998. Sans eux la Calédonie ne serait plus ce qu’elle est. Nous serions en déficit dans tous les secteurs : la santé, l’éducation, l’économie... » (*)

3 – Que les partis indépendantistes, dopés par leur score inespéré au référendum mais au taquet de leurs prétentions électorales, ont balayé d’un revers de main tout élargissement du corps électoral, confirmant vouloir faire de la Nouvelle-Calédonie la championne du monde de la restriction de vote.

4 – Et certainement le plus grave : que le parti souverainiste de Philippe Gomès a pris fait et cause en faveur des indépendantistes en appuyant et confirmant leurs velléités de « geler définitivement » le corps électoral calédonien à ce qu’il était, il y a plus de... 20 ans. Son mépris affiché à Nouméa pour les exclus du vote a été confirmé devant le Premier ministre à Matignon et devant ses alliés indépendantistes.

Un calcul mesquin et politicien, dont le seul but est d’asseoir une hypothétique majorité souverainistes/indépendantistes après les futures élections.
Un calcul établi au mépris des électeurs loyalistes qui ont fait confiance à Calédonie ensemble pour les soutenir.
Un Cœur une voix ne peut que le déplorer et demande à chacun de s’en souvenir.
Plus que jamais l’association Un Cœur une voix est persuadée que seule la voie judiciaire donnera un réel écho à ses justes revendications.
Au-delà des compromis politiciens, c’est sur le terrain judiciaire que nous donnons rendez-vous : Un cœur une voix a fait avec vous le choix de porter l’affaire devant les tribunaux internationaux de la Cour européenne des droits de l’homme et de l’ONU, auxquels le France se soumet en tant qu’Etat de droit.

Le droit est parfois long à établir face à la mauvaise foi, mais le victoire est inéluctable ! ***

(*) Déclaration liminaire de Mme Sonia Backes à l’ouverture du XVIIIe Comité des signataires à Matignon.

Source Un coeur une voix



Politique | Les videos | Les archives | Les listes par commune