Connectez-vous

Roch Wamytan à propos de son entrevue avec Jean-Marc Ayrault

Vendredi 21 Février 2014

Le dossier du corps électoral et de la révision des listes spéciales continue de faire la une de l'actualité et il s'est passé beaucoup de choses, cette nuit pour nous, à Paris. Rock Wamytan a été reçu par le Premier ministre Jean-Marc Ayrault, et le sénateur Pierre Frogier a rendu publique la lettre qu'il a adressée au Premier ministre, et il a réagi aux déclarations du président du Congrès.



 
Journaliste : Oui, la polémique autour de la révision de la liste électorale spéciale continue à susciter beaucoup de réactions et des initiatives. Rock Wamytan qui s'est fait le porte-parole de la demande de radiation de plusieurs milliers d'électeurs réclamait par ailleurs l'envoi d'une mission de l'ONU pour superviser le contrôle de la liste électorale spéciale. Et bien, il a obtenu le feu vert de Matignon, il l'a annoncé à la sortie de son entretien en faisant part de ce que lui avait dit le Premier ministre : 
 
Rock Wamytan : Il a une position, là-dessus, qui est une position tout à fait normale, du fait que l'État français collabore avec le comité des 24 depuis la réinscription de la Nouvelle-Calédonie sur la liste des pays à décoloniser, c'est-à-dire depuis 1986, et que chaque année, l'État français fournit les informations concernant la situation de la Nouvelle-Calédonie. Dans ce cas qui nous concerne, la France va collaborer tout à fait normalement avec les Nations unies et avec le comité des 24 et le Premier ministre m'a confirmé que l'État a donné son accord pour qu'une mission de visite des Nations unies vienne en Nouvelle-Calédonie dans les dates que choisiront le comité des 24. Mais, évidemment, avant les élections du 11 mai 2014.
 
Journaliste : La venue de cette mission de l'ONU est bien sûr très contestée. Cette annonce risque encore d'aviver les tensions provoquées par les demandes de radiations de milliers d'électeurs, mais Rock Wamytan affirme que tout sera fait pour apaiser les choses. 
 
Rock Wamytan : Le Premier ministre a exprimé sa volonté de mettre tout en œuvre pour que ces élections se passent dans une transparence la plus totale, de façon à assurer la sincérité des votes et dans un climat apaisé. Le haut-commissaire en Nouvelle-Calédonie mettra en œuvre les instructions que le Premier ministre lui donnera pour faire en sorte que la population calédonienne soit parfaitement informée de ce qu'il en est, et notamment sur les conditions d'exercice de ce droit, qui a le droit de voter pour ces élections provinciales du 11 mai. Donc, ça, ça sera le haut-commissaire qui fera une parfaite communication claire sur cette question-là. 
 
Journaliste : Cette double revendication de Rock Wamytan et du FLNKS, l'envoi d'une mission de l'ONU chargée de superviser le contrôle de la révision de la liste spéciale et la demande de radiation de milliers d'électeurs, est bien sûr très largement contestée par les partisans du maintien de la Calédonie dans la France, et le sénateur Pierre Frogier qui est actuellement à Paris a pris plusieurs initiatives. Il a écrit au président de la République pour faire une proposition qui devrait être rendue publique, cet après-midi, par le Rassemblement. Il a aussi écrit au Premier ministre Jean-Marc Ayrault pour s'insurger contre la venue d'une mission de l'ONU au moment où le FLNKS compte intenter des recours en radiation à l'encontre de plusieurs milliers d'électeurs inscrits sur les listes électorales. En tant que signataire de l'Accord de Nouméa et sénateur de la Nouvelle-Calédonie, écrit-il, je tiens à vous faire connaître mon opposition à une telle démarche qui serait indigne de la République. Pierre Frogier qui ajoute, comment pourrions-nous tolérer que des étrangers viennent sur un territoire français vérifier le travail de magistrats et juger de leur capacité à appliquer le droit et le code électoral, comment l'État pourrait-il accepter un tel abandon de souveraineté ? Et puis dans cette lettre au Premier ministre, Pierre Frogier demande également la réunion en urgence du comité des signataires, afin de tenter de dégager un consensus sur cette question complexe. Un consensus qui est la condition impérative, écrit-il, pour que les élections provinciales se déroulent sereinement. Dans le cas contraire, écrit Pierre Frogier au Premier ministre, je vous demanderai d'envisager, afin d'éviter toute radicalisation et toute contestation du scrutin, de repousser la date des élections prévues le 11 mai prochain. Pierre Frogier est revenu sur ses propositions, il réagit d'abord à l'envoi, en Nouvelle-Calédonie, d'une mission de l'ONU :
 

Source : RRB



Politique | Les videos | Les archives | Les listes par commune