Connectez-vous

Roch Wamytan à Tahiti

Mardi 3 Décembre 2013

Tahiti News radio Tahiti, Les Nouvelles de Tahiti



Le président du Congrès de Nouvelle-Calédonie, Roch Wamytan, est arrivé ce samedi en Polynésie pour une visite officielle de cinq jours.
 
But de sa venue : la signature d’une convention avec le président de l’Assemblée de la Polynésie française afin de mettre en place une coopération interparlementaire. Un accord qui a pour but de développer des relations amicales, des échanges d’informations et des relations de travail.
 
Reste que les modalités de ce partenariat sont encore à déterminer. C’est la raison pour laquelle Roch Wamytan rencontrera, au cours de son séjour, les autorités de l’État et du Pays, les représentants des communes, de l’Assemblée ainsi que des membres de la société civile et du monde associatif, afin de mieux appréhender l’approche polynésienne des problématiques communes aux deux pays, dans des secteurs tels que l’emploi ou encore l’éducation.
 
Cette nouvelle convention, devrait être signée à l’issue de la séance solennelle qui se tiendra jeudi prochain place Tarahoi.
 
Rappelons qu’une première convention de partenariat avait été amorcée en 2010 mais, rejetée par la majorité des représentants à l’Assemblée de la Polynésie.


 

 
 


 
Le président du Congrès de la Nouvelle-Calédonie, Roch Wamytan, est en visite officielle jusqu’à vendredi. Son programme est aussi chargé que celui du ministre des Outre-mer, Victorin Lurel. Premier indépendantiste élu au poste de président du Congrès, depuis la signature de l’Accord de Nouméa, il a été vice-président (1990) et président (1995-2001) du FLNKS (Front de libération national kanak et socialistes). Accompagné de Caroline Mochoro-Reigner, 4e vice-président du Congrès, et Gérard Poadja, élu du groupe Calédonie ensemble, il ira à la rencontre des autorités de l’État et du Pays. En outre, et pour “mieux appréhender l’approche polynésienne des problématiques communes dans des secteurs primordiaux tels que l’emploi local, l’éducation”, la délégation calédonienne rencontrera également des représentants des communes, des différents groupes politiques représentés à l’assemblée ainsi que des membres de la société civile et du monde associatif.
La raison principale de son arrivée en Polynésie concerne la convention qu’il signera avec son homologue polynésien, Édouard Fritch. Celle-ci permettra, d’après un communiqué de l’assemblée, “une coopération interparlementaire en vue de développer des relations amicales, des échanges d’informations et des relations de travail”. En plus des visites officielles, des réunions de travail sont déjà organisées pour déterminer les modalités du partenariat qui unira le Congrès de la Nouvelle-Calédonie et l’assemblée de la Polynésie française. Durant un déjeuner de travail, aujourd’hui, plusieurs sujets seront abordés.
 
En février 2010, une première convention avait été signée entre les deux institutions, incluant également Wallis-et-Futuna. Interrogé à ce sujet, le président de l’APF à l’époque, Philip Schyle, avait expliqué que cette convention reposait “d’abord sur l’idée d’un échange de compétences, de savoir-faire, d’idées sur des thématiques communes” mais “également sur l’idée de mutualiser nos opinions, de nous fédérer vis-à-vis de décisions et de propositions émanant de l’État”. Mais cette convention n’a jamais été appliquée, puisque rejetée par les représentants de l’assemblée. Pour ces derniers, le cadre de la convention était trop généraliste et il s’avérait difficile de la mettre en œuvre. De plus, les élus avaient demandé des actions plus ciblées et précises avec des objectifs thématiques bien précis, demandes qui pourraient s’inscrire dans la nouvelle convention de partenariat. Celle-ci sera signée, jeudi, après une séance solennelle à l’assemblée.
 

Frédéric Dhie



Politique | Les videos | Les archives | Les listes par commune