Connectez-vous

Retour d'Antonin Beurrier chez Vale et lancement de Lucy

Vendredi 7 Décembre 2018

Lancement du projet Lucy - Vale NC
Le groupe Vale vient de confirmer le rôle clef que doit jouer à l’avenir sa filiale calédonienne sur le très dynamique marché des batteries pour véhicules électriques, l’usine du Sud étant parmi les seules au monde à produire le nickel et le cobalt quasi-purs nécessaires à ces batteries. En conséquence, le groupe Vale engage sans délai le projet Lucy, ainsi qu’un vaste programme de travaux sur la mine et l’usine de Goro qui doivent, en trois ans, augmenter la production d’un tiers.



Projet Lucy : un grand projet qui booste l’emploi dans le Sud


Le groupe Vale vient de confirmer le rôle clef que doit jouer à l’avenir sa filiale calédonienne sur le très dynamique marché des batteries pour véhicules électriques, l’usine du Sud étant parmi les seules au monde à produire le nickel et le cobalt quasi-purs nécessaires à ces batteries. En conséquence, le groupe Vale engage sans délai le projet Lucy, ainsi qu’un vaste programme de travaux sur la mine et l’usine de Goro qui doivent, en trois ans, augmenter la production d’un tiers.

Outre l’activité nouvelle ainsi créée, ces chantiers vont pérenniser l’activité de l’usine du Sud, et mettre fin à la menace qui pesait sur les emplois de 1 400 salariés de Vale Nouvelle-Calédonie et sur les contrats des 250 entreprises sous-traitantes.

Le président de la province Sud se réjouit vivement de ces annonces et rappelle le caractère tout à fait exceptionnel du projet Lucy, qu’il a autorisé par un arrêté signé le 29 novembre 2017 :

– 52 milliards de francs CFP d’investissement
– 500 emplois créés pour la construction
– horizon assuré jusqu’en 2042 pour le stockage de résidus
– 68 pages de prescriptions techniques garantissant la protection de l’environnement
– 14 mois d’instruction et de concertation

Philippe Michel rappelle que le groupe Vale avait initialement prévu, pour le stockage de ses résidus, de détruire 400 hectares de forêt et de construire un gigantesque barrage. Cette solution avait été acceptée par la collectivité sous la précédente mandature mais, après l’annulation de l’attribution des gisements de Prony et Pernod en août 2014, le nouvel exécutif avait imposé à l’industriel de trouver une solution alternative, moins impactante pour l’environnement.

Les annonces faites par Vale confirment la sagesse de cette stratégie.

Avec l’appui du gouvernement, compétent en matière de droit du travail, la province Sud veillera à ce que les ouvrages dont la construction s’engage génèrent, pour les populations du Sud, les retombées économiques les plus étendues possibles.

Philippe Michel, président de l’assemblée de la province Sud

Source province Sud



Politique | Société | Les videos | Entreprises | La Culture | Environnement | Les sports | Sciences | L'actualité | La vie des communes | Qui sommes-nous? | Océanie | Vu sur le Web | La vie des associations