Connectez-vous

Rencontre avec la mission de l'ONU: le Rassemblement-UMP explique

Vendredi 14 Mars 2014

Mission de l'ONU relative au corps électoral en Nouvelle-Calédonie

Le Front pour l'Unité rappelle qu'il était et demeure opposé à cette visite d'une délégation du comité de décolonisation de l'ONU, demandée par le FLNKS.
Tout d’abord, nous avons déploré qu’un seul des signataires ait sollicité la venue de cette mission sans en informer l’autre signataire. Il est également profondément regrettable que l’Etat, troisième signataire de l’Accord n’ai pas pris l’initiative de nous consulter non plus avant d’autoriser cette mission. Ce n’est pas conforme à l’esprit de dialogue nourri depuis de 25 ans et qui a permis d’instaurer la paix en Nouvelle-Calédonie.



 
 
D’autre part, il ne nous apparaît pas opportun dans une période préélectorale d’entretenir les crispations générées par la révision des listes électorales dans le contexte que l’on connaît en sollicitant une mission de l’ONU pour surveiller le travail des magistrats de la République.
 
Pour autant, nous nous réjouissons du fait que la délégation de l'ONU se rende dans l'intérieur et dans les îles afin d’appréhender la réalité du terrain et notamment les cas très suspicieux de résultats quasi unanimes dans certains bureaux de vote ou encore des pratiques frauduleuses constatées et sanctionnées par la justice par le passé.
 
D’autre part, nous avons rappelé aux représentants de l’ONU que le seul moyen de résoudre ce problème des demandes de radiation des listes électorales serait de réunir les signataires, indépendantistes, non indépendantistes et l’Etat afin de trouver par la voie du dialogue une solution politique.
 
Enfin, nous souhaitons rappeler que le Président du Comité de décolonisation des Nations Unies a lui-même souligné lors de sa visite en Nouvelle-Calédonie en 2010 qu'il existe 3 formes de décolonisation et que l'indépendance n'est que l’une d’entre elle. Il existe également la solution de l'intégration pure et simple à la puissance administrante (c'est la départementalisation, choisi par les Mahorais en 2009).
 
La dernière solution préconisée par l’ONU est un statut de large autonomie au sein de la République française. C'est cette solution consensuelle, que nous appelons de nos vœux depuis des années. Après les accords de Matignon-Oudinot en 1988 et après l'accord de Nouméa en 1998, cette solution ferait l'objet d'un 3ème accord comme le propose le sénateur et signataire, Pierre FROGIER.
 
 
Listes spéciales, défense des droits des électeurs.
 
Nous rappelons que le Rassemblement et le LMD se sont toujours battus contre le gel du corps électoral, cette réforme déloyale votée par le congrès de Versailles en février 2007, alors que les dirigeants de Calédonie Ensemble, qui détenaient alors tous les leviers du pouvoir (province sud, gouvernement, congrès) n'ont rien fait pour empêcher ce déni de démocratie...
 
Nous souhaitons revenir à un corps électoral glissant (c.-à-d. 10 ans de résidence au moment du scrutin pour pouvoir voter aux provinciales), tel que prévu à l’origine dans l’Accord de Nouméa.
 
Enfin, nous rappelons à tous les électeurs menacés de radiation des listes électorales spéciales que la Présidente de la Province Sud Cynthia LIGEARD a fait voter à l'unanimité des groupes non indépendantistes de la Province Sud le 27 février dernier un vœu. Suite à ce vœu, ces groupes politiques (FPU, UCF et CE), se sont regroupés pour créer une structure apolitique d'assistance juridique. Cette structure sera chargée de recevoir les électeurs qui subissent un contentieux du FLNKS et d’assurer leur défense auprès du tribunal de première instance.
Une dernière réunion doit permettre de régler les modalités pratiques de cette assistance.
 
L’organisation choisie sera très rapidement communiquée au grand public.

Frédéric Dhie



Politique | Les videos | Les archives | Les listes par commune