Connectez-vous

Prises de parole devant la tombe de Charly Pidjot au cimetière de la Conception

Lundi 16 Septembre 2013

Cérémonie simple et consensuelle autour de la tombe de Charly Pidjot, un an après sa disparition. C'est Roch Wamytan qui a officié, en tant que responsable du conseil paroissial, pour la partie religieuse de cette bénédiction, en rappelant en préambule "qu'avant l'évangélisation il n'y avait pas de différence pour nos ancêtres entre la vie et la mort entre le monde visible et invisible". Roch Wamytan poursuit "En remettant son souffle de vie à ses oncles maternels, il devient à ce moment là, selon nos croyances anciennes esprit, tabou, quelque chose de sacré".



Prises de parole devant la tombe de Charly Pidjot au cimetière de la Conception
A l'issue de la bénédcition et des prières, Lucien Pidjot a offert la parole aux responsables politiques présents en insistant sur le fait qu'ici la parole était "ouverte". C'est Pierre Forgier qui est intervenu en premier, la gorge serrée, il s'est rappelé les moments avec Charly Pidjot dont bien sûr la montée des deux drapeaux dont l'effigie a été gravée dans le marbre de la pierre tombale de l'ancien président de l'UC. "Nous partageons tous le même sentiment que Charly est pârti trop tôt". "Je pense qu'il manque cruellement et c'est vrai aussi pour son parti l'Union Calédonienne".Nous avions damé avec lui un chemin hors des sentiers battus pour prolonger, à notre manière, la poignée de mains de Matignon". "Jamais je n'oublierai ce geste que nous avons fait ensmeble quand nous avons levé les deux drapeaux". Pierre Fogier a ajouté que depuis un an, il n'avait pas vu grand chose, qu'l avait entendu certes les mots de Daniel Goa, successeur de Charly Pidjot à la tête du parti, qui souhaite s'incrire dans la démarche de Charly Pidjot. Il a conclu en exhortant les membres de l'UC "il ne faut pas laisser par terre l'héritage de Charly, il faut le relever, il faut que vous vous puissiez le relever, vous emparez de cet héritage parce que je crois sincèrement que c'est ce qu'il aurait voulu".


Prises de parole devant la tombe de Charly Pidjot au cimetière de la Conception
Gilbert Tuyienon parlant au nom du bureau de l'UC, en présence du premier vice-président Néko Hnepeune, a indiqué "dans nos discours, nos réunions aujourd'hui, il fait partie de ceux qui éclairent nos décisions. Charly fait partie de ces balises qui éclairent le mouvement de l'Union Calédoienne qui jalonnet la vie du mouvement. Ils sont nombreux ceux qui sont ici au cimetière de la Conception, ils sont nombreux ceux qui jalonnet la vie du parti, et qui fait que nous qui sommes là aujourd'hui nous continuons à porter la pensée, cette pensée qui a été d'abooord fondée sur le travail de nos deux églises. Elle a aussi été portée parr les chefferies de ce pays de l'aire Hoot Ma Waap jusqu'au îles. L'union Calédonienne, et Charly l'a démontré c'est avant tout l'amour du pays. Quand Charly nous a proposé les deux drapeaux ont s'est dit mais qu'est ce que c'est que ça? Car le Président Charles Pidjot, c'était un artilleur qui n'hésitait,  pas à aller de l'avant. Quand on a compris que c'était d'abord et avant tout pour les gens de ce pays, pour n otre pays, on a compris qu'il nous demandait de sortir des chemins faciles. D'aller au-delà; l'amour du pays." Je ne veux pas parler des anciens parce qu'on ne les a pas connu, Raphael nous a apporté l'humilité et Charly l'amour du pays. Gilbert Tuyienon a conclu : "pour nous Charly, n'est pas parti, il est toujours dans nos discussions, je crois que c'est ce qu'il aurait aimé. que nous soyons forts dans nos pensées forts pour notre pays".

Frédéric Dhie



Politique | Les videos | Les archives | Les listes par commune