Connectez-vous

Philippe Gomès au JT : vue par l'opposition loyaliste

Mardi 26 Mai 2015

De l’avis général, on a assisté à un Philippe Gomès fort mal à l’aise lors du JT d’NC première, animé par Charlotte Risch.

Cela s’est traduit par une attitude agressive voire méprisante du leader de Calédonie Ensemble à l’égard de la journaliste qui a pourtant posé des questions fondées et claires. Même pour le communicant expérimenté, il a eu bien du mal à expliquer ses choix contre nature.



Gomès au JT, comment justifier l’injustifiable ?



Sur les collaborateurs.

Philippe Gomès indique que c’est pour faire des économies qu’il supprime les collaborateurs du gouvernement et qu’un membre du gouvernement peut travailler seul. Théorie qui se défend, mais alors pourquoi ne l’applique t-il pas à l’ensemble des membres du gouvernement au lieu de réserver cette mesure uniquement à ceux de l’UCF, du Rassemblement-UMP ou encore à ceux de l’UC qui lui sont politiquement opposés ?

Dans le même temps, les membres Calédonie Ensemble, Palika et l’opportuniste Jean-Louis d’Anglebermes totalisent à eux seuls, 44 collaborateurs.

Sur la présidence du Congrès.

Le chantage opéré par Philippe Gomès à l’égard de Gaël Yanno s’affiche désormais au grand jour, sur le mode de « si tu n’es pas gentil avec moi, tu sautes ! ». On est loin des considérations d’unité du camp loyaliste et de partage des responsabilités institutionnelles.

« Soumets toi et tu auras » est incontestablement la devise du monarque Gomès.

Corps électoral.

Difficile à suivre son explication sur le corps électoral. Il refuse de répondre à la journaliste qui lui pose portant la question de ce qu’il souhaite après l’Accord de Nouméa concernant le corps électoral pour les provinciales.

Toujours gelé ou non ?

Du fait des contre parties promises au Palika, compliqué pour lui de répondre …

Piégé Mister Gomès ?

Enfin, il est de notoriété publique que l’inscription d’office des natifs pour la liste électorale du référendum va finalement être accordée par l’Etat, dont les représentants ont été fort impressionnés par l’ampleur de la manifestation des Calédoniens le 24 avril dernier à Nouméa.

Gomès nous envoie consciemment cet écran de fumée car il masque le fond du problème. La composition des commissions administratives de révision des listes électorales (pour les provinciales mais aussi pour le référendum) que les loyalistes n’ont pas intérêt à modifier est un point crucial qu’il évite d’évoquer. La journaliste ne s’est pas trompée en lui rappelant que Calédonie Ensemble et Palika étaient favorables à leur modification ! Et puis, il y a évidemment la question de ces milliers de Calédoniens menacés de radiation des listes électorales provinciales qu’il faut impérativement solutionnée.

Pas facile de répondre quand on est pieds et poings liés dans un accord occulte avec les indépendantistes même pour le grand communiquant Gomès.

Cet accord apparaît dans la lumière notamment au travers des dernières déclarations de Daniel Goa, actuel président de l’UC, dans LNC le 22 mai dernier, dont nous vous proposons pour finir quelques exemples significatifs :

« Une des raisons pour lesquelles on a accepté d’élire Philippe Germain, c’est qu’avec Calédonie Ensemble, on est dans la même démarche : 51 % dans la SLN»

«  Le centre du dispositif de l’Accord de Nouméa, pour moi, c’est le FLNKS, ces sont les indépendantistes. On a réussi à tisser des relations avec Calédonie ensemble ».

Sur l’assemblée référendaire, les journalistes demandent : « Les trois autres composantes du FLNKS pourraient elles s’opposer à ce projet d’assemblée référendaire ? »

Réponse de Goa : « Je ne pense pas (…) puisque maintenant avec l’élection de Philippe Germain, on est dans de nouvelles relations ».

FLG/Toutoute-infos



Archives du web