Connectez-vous

Ni28, le métal du diable ? Par Stephane Renaud

Dimanche 27 Mars 2016

La situation actuelle se tend chaque jour un peu plus et malheureusement, nous rajoutons régulièrement de l’huile sur le feu. En découvrant les Nouvelles Calédoniennes ce matin, je me suis attardé sur l’article concernant les rouleurs. Il fait écho à un reportage sur NC 1ère hier soir où, volontairement ou non, le journaliste avait pris soin d’interviewer un rouleur dont le nom fait référence à une période sombre de la Nouvelle Calédonie (Machoro).




Cela m’appelle deux commentaires. Le premier concerne les messages « subliminaux » qui sont régulièrement distillés. Ils font référence à de la violence ainsi qu’à une opposition entre les calédoniens. Seule différence, et de taille, la personne interrogée a bien indiqué qu’elle irait demander des comptes à ses leaders (kanaks).
La deuxième concerne les rouleurs. Au-delà du conflit qui a de forts relents politiques, voire de règlements de compte, cette situation met en évidence la détresse de personnes qui ont pris le parti de l’insertion dans le tissu économique. Les acculer à la faillite est dangereux car après ils n’auront plus rien à perdre. La sagesse devrait primer afin d’éviter que la situation ne dégénère. Nous avons tous beaucoup à perdre si un tel événement arrivait.
En filigrane, on perçoit la problématique de l’usine de Corée et la nécessité de livrer du Nickel dont la teneur (2% ?, plus ?) pénalise les acteurs locaux (on le voit bien quand on analyse les comptes de la NMC). Il me semble qu’il serait judicieux de poser clairement le problème sur la table plutôt que d’essayer de passer en force. Tout le monde est d’accord pour aider l’usine de Corée, ceci n’est pas le sujet. Mais les sociétés « aidantes » ne peuvent pas non plus dévaloriser un produit qu’ils pourraient vendre plus cher par ailleurs.
En conséquence, une des pistes pourrait être la tentative de renégociation du contrat de livraison de Nickel à POSCO. OK, ils ont l’usine mais nous avons le Nickel et la moitié de l’usine, non ? Certains pourraient argumenter qu’ils pourraient très bien s’approvisionner ailleurs. En théorie oui mais dans la pratique cela me semble difficile. En effet, d’après ce que je comprends de la transformation du Nickel, le mélange des produits est essentiel au bon fonctionnement des fours. Or, le Nickel calédonien n’aura pas la même composition qu’un Nickel venu d’ailleurs.
La Calédonie y gagnerait en sérénité et les acteurs travailleraient de concert et pas en opposition. Cela serait aussi l’occasion de voir dans quelle mesure la SMSP peut sortir la tête haute de cette situation qui pourrit littéralement le contexte local.
Pour finir, cette situation illustre aussi mode de vie depuis plusieurs décennies. Le passage en force, l’opposition, l’invective et les règlements de compte sont devenus des situations normales.
Mais ce n’est pas avec cela que l’on se construit un destin commun. Un peu de fraternité nous ferait du bien, non ?




Les communiqués "Société" | Les archives Société | Communiqués Entreprises | Les videos | Les archives | Interview Découverte