Connectez-vous

Nakety : Retranscription des Interviews de Gilbert Tyuienon sur RNC1ère et RRB le 30 janvier

Dimanche 2 Février 2014

Journaliste : Gilbert Tuyénon, le maire de Canala, les coutumiers et les sous-traitants se sont retrouvés hier en mairie pour évoquer les conditions de la reprise du travail. Des responsables locaux qui ont décidé la mise en place d'un groupe de parole pour que ce qui s'est passé ne se reproduise plus. Gilbert Tuyénon a évoqué l'interpellation des quatre auteurs présumés, dont l'un est âgé de 14 ans. Un acte incompréhensible, a déclaré le maire de Canala, qui a lancé un appel à la responsabilité de tous. L'heure est à la construction du pays, et non pas à sa destruction. Gilbert Tuyénon :



Gilbert Tuyénon : La démarche indépendantiste, parce que s'il faut parler de ça, ce n'est pas de casser, ce n'est pas le désordre, ce n'est pas l'insécurité, c'est surtout travailler pour la construction de son pays. Or, il faut que notre jeunesse, elle soit consciente de ça, que le temps n'est plus au saccage, que le temps n'est plus à ces comportements déviants. Aujourd'hui, il s'agit de travailler, il s'agit d'être en responsabilité. L'outil économique a besoin de respect, puisque ce sont nos gens qui travaillent sur mine. Donc, c'est ce message-là, vis-à-vis de notre jeunesse, vis-à-vis de nos enfants, vis-à-vis des parents, vis-à-vis des coutumiers, que c'est ensemble qu'on va arriver à faire les choses, et il ne faut surtout pas baisser les bras. Il y a eu peut-être un accident, il y a eu peut-être des comportements déviants qui, pour aujourd'hui, sont incompréhensibles. On essaye encore de comprendre qu'est-ce qui s'est passé dans la tête d'un enfant de 14 ans, pour se comporter de la sorte. C'est sûr qu'à partir du travail qui a été fait par les familles à Nakéty, les deux chefferies de Nakéty, par les conseils des clans, aujourd'hui, on demande à ce qu'il y ait plus de réactivités de la part de la gendarmerie et de la part des services de la justice. C'est le message qu'on a porté, en tout cas, auprès du haut-commissaire, dans la visite qu'on lui a faite à Nouméa. Il ne faut pas qu'à l'issue de ces gardes à vue, à l'issue de ces auditions, il y ait un sentiment d'impunité. Si les responsables, ici, font leur boulot, il faut que ça suive. Nous, on n'a pas de souci sur ça. 
 
Journaliste : Jean-Jacques Brot, le haut-commissaire de la République, reçoit aujourd'hui les représentants des mines de Canala, les groupes Ballande et la SMSP, pour évoquer la situation de la reprise du travail.
 
**************************************************
Retranscription "mot à mot" RRB 30 janvier 2014
 
Journaliste : Le maire de Canala, les coutumiers et les représentants des opérateurs miniers sont d'accord, il faut tourner la page des saccages des sites miniers. 
 
Journaliste : Ils se sont retrouvés, hier, une nouvelle fois à Canala, pour afficher leur volonté de tout faire pour relancer au plus vite l'activité. Certes, il faudra du temps pour régler le problème de fond, et notamment les difficultés que rencontrent les coutumiers face au malaise d'une jeune génération sur laquelle ils avouent ne plus avoir de prise, mais l'urgence, pour l'instant, c'est de tout faire pour que tout rentre dans l'ordre au plus vite, explique le maire de Canala, Gilbert Tuyenon :
 
Gilbert Tuyenon : Ce qui s'est passé à Nakety, c'est des actes qui sont inacceptables pour nous. On n'a pas envie que les choses se reproduisent. Chaque fois que la mine fléchit un genou ici, c'est toute l'économie de la commune qui penche. On va solliciter par contre le gouvernement pour qu'on regarde si le fonds nickel ne pouvait pas faire un peu le tuilage, deux, trois mois, le temps que les choses reprennent. C'est sûr que, compte-tenu de l'ampleur des dégâts, notamment au niveau des matériels, il va falloir un petit délai avant que les choses reprennent convenablement. Il faut que la situation se normalise par rapport à la mine de Nakety et par rapport à la vie, ici, à Canala...

Source : Page facebook de l'UC



Archives du web