Connectez-vous

Les résultats 2018 du suivi des récifs coralliens du Grand Sud sont en ligne !

Lundi 3 Septembre 2018

La campagne 2018 du programme de suivi participatif des récifs coralliens du Grand Sud – Acropora - révèle un état de santé des récifs stable depuis le démarrage du programme en 2013 : sept récifs sont en bonne santé et deux présentent un état satisfaisant.



© 2018 M.JUNCKER-OEIL – Acropora 2018 : observation d’un bénitier sur un des trois récifs suivis à l’île Ouen
© 2018 M.JUNCKER-OEIL – Acropora 2018 : observation d’un bénitier sur un des trois récifs suivis à l’île Ouen
Les résultats de la sixième  campagne de suivi du projet Acropora sont en ligne
Depuis la première campagne de 2013, ce programme, coordonné par l’Observatoire de l’environnement (OEIL) et le Comité consultatif coutumier environnemental (CCCE), forme chaque année des bénévoles des populations riveraines du Grand Sud au suivi des récifs coralliens.
 
Les observations de 2018 confirment la richesse et la qualité des habitats des neuf récifs suivis, avec des couvertures en coraux vivants élevées, stables ou en accroissement sur les cinq dernières années.  Les poissons ont été particulièrement abondants en 2018 mais moyennement variés. Depuis cinq ans, la couverture corallienne et l’abondance de poissons cibles est stable ou en augmentation selon les récifs. La quantité d’organismes invertébrés est très variable d’une station d’observation à l’autre, mais globalement stable ou en augmentation depuis 2013. Les rares perturbations observées ont été la présence d’acanthasters sur le récif de Bodjo le jour de l’observation (en mai 2018), et des coraux brisés sous l’effet de la houle sur le récif de Menondja. « Les neufs récifs suivis dans le cadre du projet ACROPORA figurent parmi les plus riches et les plus vivants du territoire. Les couvertures coralliennes, densités en poissons et en invertébrés sont considérées comme élevées à l’échelle de la Nouvelle-Calédonie. La tendance globale est à l’amélioration des communauté récifales malgré l’épisode de stress thermique de l’été 2016 », conclue Sandrine Job, biologiste marin du bureau d’études Cortex, qui réalise les suivis Acropora depuis 2013 sous l’égide de l’OEIL et du CCCE.
 
Plaquette et vidéos assurent une large diffusion
Dans le cadre de leur mission de communication de l’information environnementale au grand public, l’OEIL et le CCCE ont produit une plaquette de communication résumant les principaux résultats de cette campagne,  trois vidéos, une pour chaque site, ainsi que des chroniques Fréquence Environnement diffusées chaque jeudi matin sur Nouvelle-Calédonie la 1ère.
La présentation de ces résultats aux populations concernées ont fait l’objet de réunions publiques d’information environnementales à Goro le 8 juillet, à l’île des Pins le 25 juillet et à l’île Ouen le 3 août.
 
Le bilan technique sera publié dans la Bibliothèque Numérique de l’OEIL et transmis aux gestionnaires, et les données collectées rendues disponibles sur le géoportail Stellatus dans les semaines à venir.
 
Le projet Acropora, partie intégrante d’un réseau à l’échelle du pays
Le Réseau d’Observation des Récifs Coralliens (RORC) de Nouvelle-Calédonie a été initié en 1997, puis déployé sur l’ensemble du territoire en 2003 grâce au soutien de l’Initiative Française pour les Récifs Coralliens (IFRECOR).
Le RORC est présent dans les trois provinces. Il comprend 75 stations de suivi, réparties sur 27 sites.
Le projet ACROPORA a permis l’installation et le suivi de neuf stations, réparties sur les trois communes du Grand Sud : Yaté, île Ouen au Mont-Dore, et île des Pins.
 
Les observations ont lieu une fois par an, en saison chaude. La plupart des sites comprennent une station côtière, une station lagonaire et une station sur la barrière récifale.
 

 

Source l'Oeil



Environnement | Les videos | Les archives