Connectez-vous

Les étudiants calédoniens auront enfin la "sécu" dès le départ en Métropole !

Jeudi 30 Juin 2016

COMMUNIQUÉ DE CALÉDONIE ENSEMBLE : LES ÉTUDIANTS CALÉDONIENS ENFIN RECONNUS PAR L'ADMINISTRATION FRANÇAISE. IL ÉTAIT TEMPS ! ( 30 JUIN 2016 )
Désormais, les étudiants calédoniens qui ont fait – ou feront- le choix de poursuivre leurs études supérieures en métropole ne seront plus considérés par l’administration française comme des étrangers, mais bien comme des Français, c’est-à-dire rien de moins que ce qu’ils ne sont déjà.
Ces jeunes Calédoniens pourront enfin effectuer toutes les démarches nécessaires à leur installation et à leur vie quotidienne en métropole – inscription universitaire, immatriculation à la sécurité sociale, demande d’aide au logement, etc. – dans les mêmes conditions que n’importe quel autre étudiant français.
Aussi évident que cela puisse nous sembler, c’était pourtant loin d’être le cas.



Les étudiants calédoniens auront enfin la "sécu" dès le départ en Métropole !

Les ressortissants calédoniens étaient censés bénéficier, au même titre que leurs homologues ultramarins, des dispositions prévues par un décret de 1982 ( !) qui prévoyait l’obligation, pour l’INSEE, d’immatriculer au Répertoire National d’Identification des Personnes Physiques (RNIPP) les personnes nées sur le territoire de la République française, y compris donc en Nouvelle-Calédonie.
Or, sans que quiconque d’ailleurs n’ait un semblant d’explication valable à fournir, cette disposition n’a jamais été appliquée pour la Nouvelle-Calédonie.
Nos 3 000 étudiants actuellement installés en métropole, mais aussi les 400 Calédoniens qui sont évacués sanitaires chaque année, ont parfois été confrontés à des situations kafkaïennes et des imbroglios sans fin à la limite du vaudeville. Certains de nos étudiants repartaient au terme de leurs cinq années d’études sans avoir même jamais obtenu de numéro de sécurité sociale. Pour d’autres en revanche, le sentiment d’être considéré comme un « étranger » dans son propre pays fut plus lourd de conséquence et la violence morale engendrée par cette forme de discrimination a eu un impact évident sur le nombre d’abandons d’études en cours d’année.
Pour tous ceux-là, la décision que vient de prendre la Délégation interministérielle pour l’égalité des chances des Français d’Outre-mer est aujourd’hui une avancée significative puisque, désormais, les étudiants et les évacués sanitaires calédoniens pourront être immatriculés avant même leur arrivée dans l’hexagone.
Il faut rendre hommage à la force de persuasion et à la persévérance aux équipes de la Maison de la Nouvelle-Calédonie à Paris qui, sans relâche, auront porté ce dossier devant les autorités jusqu’à le faire aboutir.

Source CE



Les communiqués "Société" | Les archives Société | Communiqués Entreprises | Les videos | Les archives | Interview Découverte