Connectez-vous

Les Républicains Calédoniens : "Le double langage de Calédonie Ensemble"

Jeudi 1 Mars 2018

Communiqué de presse
Depuis mardi soir, Calédonie Ensemble explique que le document, produit par Philippe Gomes avait été validé par les participants du G10.

Évidemment, c’est un mensonge puisque le communiqué du G10, seul document signé par les participants, indiquait clairement que « ce groupe pas de mandat pour engager une quelconque négociation sur l’avenir statutaire de la Nouvelle-Calédonie ». À ce titre, il a toujours été clair que ce groupe n’avait pas la capacité à « valider » quoi que ce soit ni à la place du congrès, ni à la place du comité des signataires ni à la place des Calédoniens.




 
Ainsi, on voit bien dans la réaction de Thierry Santa, dans celle de Gaël Yanno (qui reste dans le G10 mais fait part de son désaccord sur le texte. C’est bien qu’il ne l’a pas validé!) et dans celle de Sonia Backes qu’aucune validation n’a été apportée. Les membres du G10 ont, pendant 5 heures, débattu des termes de ce texte, pour traiter les questions de « décolonisation », de « peuple », de « souveraineté partagée » sans qu’aucun de ces sujets n’aboutisse vraiment à un consensus tant les positions étaient éloignées.
Aujourd’hui 3 formations loyalistes affirment sans s’être concertées qu’il n’y a pas eu de validation, seule Calédonie Ensemble, auteur de ce texte, prétend le contraire.
 
À la fin de la journée, chacun des membres du G10 devait revenir vers son groupe pour obtenir les 28 signatures nécessaires à l’inscription de la délibération fixant la date du référendum, sans que son exposé n’ait jamais été validé.
 
Et pour cause!!!! Ce texte prévoit notamment que même si les Calédoniens décidaient de rester dans la France, la Calédonie resterait sur la liste des territoires à décoloniser.
D’autre part, ce texte est rempli de repentance coloniale qui n’a plus sa place dans la construction de l’avenir.
 
Ceux qui tiennent un double langage aujourd’hui c’est bien Calédonie Ensemble. En effet, devant les électeurs ils se positionnent comme loyalistes et se sont fait élire sur cette base, et en groupe de travail, là il n’y a ni caméras ni électeurs ils défendent des positions nationalistes qui servent les intérêts des indépendantistes.
 
Tirer contre son propre camp dans une période aussi cruciale où c’est notre avenir dans la France qui est en jeu, c’est faire prendre des risques majeurs à la Nouvelle-Calédonie.
 
Pour les Républicains Calédoniens :  Rien ne se fera dans le dos des calédoniens ! 

Source RC



Politique | Société | Les videos | Entreprises | La Culture | Environnement | Les sports | Sciences | L'actualité | La vie des communes | Qui sommes-nous? | Océanie | Vu sur le Web | La vie des associations