Connectez-vous

Les Républicains Calédoniens : « Des vérités qui devaient être dites »

Lundi 8 Octobre 2018

Les Républicains Calédoniens se félicitent de la communication organisée dans le cadre de l’organisation du référendum du 4 novembre par l’Etat, par la voix des services du Premier ministre.





Celle-ci permet de mettre un terme aux fausses affirmations de la part des indépendantistes notamment pour ce qui concerne :

1)    En cas d’indépendance, les transferts financiers de l’Etat s’arrêteront :

« Les mécanismes actuels de financement de l’Etat, reposant sur l’Accord de Nouméa, n’auront plus de fondements juridiques, et seront caducs ».

En cas d’indépendance, La Nouvelle-Calédonie devra financer près de 166 milliards de dépenses. L’Etat n’interviendra que dans le cadre d’une politique d’aide au développement.

2)    En cas d’indépendance, la nationalité française ne sera maintenue que pour certaines personnes :

« Une loi française déterminera enfin les conditions dans lesquelles un maintien dans la nationalité française de certains ressortissants du nouvel Etat serait possible ».

En clair, un nombre minime de personnes pourront bénéficier des avantages liés au passeport français

3)    En cas d’indépendance, les compétences régaliennes seront assurées par le nouvel Etat :

La justice, la monnaie et le crédit, la défense, le maintien de l’ordre, le droit pénal, les conditions d’entrée et de séjour des étrangers, la sureté et la sécurité maritime et aérienne : toutes ces compétences seront transférées à la Nouvelle-Calédonie, qui après une période de transition devra les exercer et les payer.

Nous saluons par conséquent les services du Premier ministre pour ces informations essentielles, qui permettront à chaque Calédonien de s’exprimer en toute connaissance de cause.

Par ailleurs, nous souscrivons à la volonté de l’Etat d’organiser un espace de dialogue dès le lendemain du référendum, « pour poursuivre l’œuvre de nos illustres prédécesseurs ». Pour les Républicains Calédoniens la question du deuxième et du troisième référendum devra être posée, afin de que la Nouvelle-Calédonie retrouve une période de stabilité institutionnelle et économique.  

 

Source LRC



Politique | Société | Les videos | Entreprises | La Culture | Environnement | Les sports | Sciences | L'actualité | La vie des communes | Qui sommes-nous? | Océanie | Vu sur le Web | La vie des associations