Connectez-vous

Le nouveau Plan d'Urbanisme Directeur de Nouméa est approuvé

Samedi 13 Avril 2013

La Ville de Nouméa s’est dotée d’un premier plan d’urbanisme directeur (PUD) en 1964 afin de définir le droit des sols dans la commune.

Au cours des décennies, ce document de planification a évolué et le dernier plan date de 1998.

Si la révision du PUD de Nouméa a été décidée en 2003, c’est à la fin de l’année 2008 que les travaux sont entrés dans une phase très active. Pour la première fois, le futur règlement d’urbanisme s’est inscrit dans un projet de ville, le PADD, Projet d’aménagement et de développement durable, intitulé « Nouméa 2025 » qui propose une philosophie d’aménagement pour Nouméa : « un compromis entre une ville dense et le village dans la ville ».



Le nouveau Plan d'Urbanisme Directeur de Nouméa est approuvé

http://www.noumea.nc/representation-3d-du-pud-approuve-en-conseil-municipal-du-09-avril-2013
 

Extrait du PADD : « Le Projet d’aménagement et de développement durable de Nouméa propose un compromis. D’un côté, il repose sur le concept d’une ville-centre dense. Elle sera redessinée autour d’une centralité marine. Elle sera redynamisée par la conjonction des activités économiques et administratives, le développement de l’habitat, un aménagement ambitieux du front de mer. De l’autre, il veille à la qualité de la vie au quotidien et à l’équité sociale dans les territoires de vie. Il y associe davantage l’idée de quartier « village dans la ville » doté de « centre de quartier ». Ensuite, il inscrit résolument tout l’aménagement dans les principes du développement durable en veillant à préserver un équilibre entre les exigences économiques, sociales et environnementales. Enfin, grâce notamment à des réserves foncières publiques relativement importantes, il permettra de nécessaires évolutions de l’aménagement de la ville, évitant à celle-ci de figer son développement et, au contraire, de l’adapter à sa croissance. Cette croissance est inéluctable. Elle s’inscrit désormais en cohérence avec le développement  de l’agglomération. »

Plusieurs dizaines de réunions de concertation se sont déroulées notamment pour tenir compte des oppositions initiales très fortes, visant à protéger les quartiers d’un «bétonnage» excessif. Au total, pas moins de 80 réunions, de nombreuses auditions, 2 enquêtes administratives, une enquête publique et 3 comités d’études ont été nécessaires durant les 4 dernières années pour progresser vers un plus grand consensus, rapprocher les positions en maintenant la philosophie du PADD. Et le 12 mars dernier, le comité d’études s’est conclu par un avis favorable des participants, à la quasi-unanimité (un seul avis réservé).

Le nouveau PUD, voté par le conseil municipal le 9 avril et qui sera soumis au vote de l’assemblée de la province Sud dans les semaines à venir, répond aux objectifs que la Ville de Nouméa s’est fixée dans son Projet d’aménagement et de développement durable.

En clair, la concentration des populations (les densités), est répartie différemment des précédents PUD :

  • moins de densité dans les quartiers d’habitation pour y limiter à la fois « le bétonnage » et la croissance sans limite de la voiture, et afficher une volonté de préserver la qualité de vie dans ces quartiers.
  • en revanche, grande densité au « nouveau » centre-ville pour y développer logements, activités et animations tout autour de la petite rade, et densité moyenne dans les « cœurs de quartier » avec commerces et services de proximité dans l’esprit du village, ainsi que dans certaines zones touristiques où pour la première fois également, la construction de logements est possible.

Autre révolution : 1 500 hectares, soit près d’un tiers de la superficie de la ville, font l’objet d’une protection absolue autour des mangroves, des forêts sèches et des espaces verts.

Enfin, l’équité sociale étant une composante du développement durable, la résorption de l’habitat insalubre, par exemple, fait partie des orientations d’aménagement.


5 territoires

 

Le nouveau plan d’urbanisme directeur régie la constructibilité et l’aménagement de Nouméa en tenant compte de 5 grands territoires :

1. Les quartiers, avec le souci de préserver la qualité de vie au quotidien, et d’aboutir au même niveau d’équipement entre les quartiers.
Le PADD met en œuvre le principe de quartier « village dans la ville », doté de « centres de quartiers » dont l’esprit de la place du village.
Cette orientation se traduit par une limitation des droits à construire et donc des hauteurs dans les quartiers de résidence avec un maximum de R+2.
Il s’accompagne d’une plus grande exigence en matière de places de stationnement dans les rues étroites et les impasses, de l’aménagement d’espaces verts, des trottoirs, de l’amélioration des éclairages et de la sécurité.
Les « cœurs » ou centres de quartier, plus denses, offriront aux habitants, commerces, services de proximité et équipements publics.

2. Le centre-ville est l’objet de deux transformations.
D’une part, il est « retourné vers la mer » par un prolongement du quartier latin jusqu’à la Pointe Denouel, ce qui fait de la rade sa centralité.
D’autre part, son aménagement global qui comprend l’ambitieux Front de mer, vise à dynamiser les activités économiques, administratives et à créer des logements.
Cette orientation se traduit par l’augmentation des droits à construire, notamment en hauteur, ce qui permet une plus grande valorisation économique du foncier. Toutefois, le tour de la place des cocotiers est préservé des « ombres portées », et des zones patrimoniales sont sous surveillance.

3. Le territoire industriel et artisanal est maintenu mais fait l’objet d’une évolution vers davantage d’activités tertiaires. Ce territoire concerne essentiellement la zone industrielle de Ducos.

4. Les territoire touristiques, au nombre de cinq sont identifiés et pour la première fois, certains d’entre eux (Anse Vata et Anse Kuendu) pourront accueillir des programmes mixtes « hébergements de tourisme/logements ».

5. Les territoires naturels, représentant près du tiers de la superficie de la ville font l’objet d’une protection stricte pour ce qui est de la mangrove et de la forêt sèche.
Ils répondent ainsi aux prescriptions de développement durable qui conduisent également à protéger le patrimoine et l’équité sociale. Dans cet esprit, et c’est une autre novation, un quartier entièrement historique et patrimonial à la première Vallée du Tir est protégé par le PUD.

 

Nouméa, désormais ville d’une agglomération

Autre évolution due à la concentration de 70 % de la population calédonienne au sein des 4 villes de l’agglomération : Nouméa n’est plus le seul grand centre urbain de Nouvelle-Calédonie et ce changement urbanistique essentiel s’est développé au profit d’une agglomération constituée des villes de Paita/Dumbéa/Mont Dore/Nouméa.

Cette évolution est fondamentale. L’agglomération veillera à la répartition de l’habitat et du foncier, des activités économiques et administratives, et répondra à la nécessité d’un transport interurbain moderne et attractif. Son aménagement fait l’objet d’un « schéma de cohérence » dans lequel Nouméa s’est inscrite.

 

Florence Dhie



Les communiqués "Société" | Les archives Société | Communiqués Entreprises | Les videos | Les archives | Interview Découverte