Connectez-vous

Le Musée bientôt en chantier

Lundi 29 Juillet 2019

Fermé depuis le début du mois de juillet au public, le Musée de Nouvelle-Calédonie se prépare au lancement de ses travaux d’extension et de réaménagement qui vont durer deux ans. Didier Poidyaliwane, membre du gouvernement en charge de la culture a animé une conférence de presse pour présenter ce chantier, « l'un des plus importants de la mandature ».





« La volonté du gouvernement est de faire en sorte que le musée devienne la porte d’entrée de la Nouvelle-Calédonie, qu’il permette aux visiteurs de s’imprégner de la culture kanak, mais aussi des cultures des autres communautés, a souligné Didier Poidyaliwane, nouvellement en charge de la culture au gouvernement, qui a tenu à saluer le travail de son prédécesseur, Mme Déwé Gorodey. « Je suis la feuille de route qui a été tracée, a-t-il confié. Ce beau projet est aussi une bonne chose pour l’économie du pays car cela va apporter de l’activité aux entreprises ».

Chantier vert

Le projet d'extension du Musée de Nouvelle-Calédonie, œuvre de l’architecte calédonienne Gaëlle Henry et du cabinet bordelais Why Architecture, va nécessiter deux bonnes années de travaux avant de se déployer. Le tout en plein centre-ville, un véritable défi... « Nous avons fait le pari de mener un chantier ayant le moins d'impacts possibles sur un environnement essentiel pour les Nouméens et à forte fréquentation touristique, a assuré Djamil Abdelaziz, directeur adjoint de la direction des Achats, du Patrimoine et des Moyens (DAPM) qui pilote la maîtrise d’ouvrage pour le gouvernement. Ce sera un "chantier vert", conforme au référentiel de la CCI. Par ailleurs, la construction a été conçue selon des exigences bio-climatiques spécifiques qui visent à favoriser le recours aux énergies renouvelables et ainsi à limiter l'impact énergétique : ventilation naturelle, installation de panneaux photovoltaïques sur les toits... L'utilisation de matériaux locaux a été encouragée ». L’emprise du chantier sera ceinturée par une palissade illustrée de fresques représentatives du futur projet d’aménagement du musée. Deux hublots transparents sont prévus sur chaque façade pour permettre aux passants de suivre l’évolution des travaux qui devraient débuter dans quelques semaines.  

Un déménagement monumental

Mais si ces palissades doivent être installées dans les prochains jours, l’heure n’est pas encore aux engins de chantier. Une phase bien plus minutieuse se prépare au musée, celle du déménagement des œuvres. « Plus de 9 000 objets, dont la plus importante collection au monde d’art statuaire kanak, vont être transférés dans la nouvelle réserve externalisée du musée pendant la durée des travaux », a indiqué Régis Vendegou, le directeur de la culture. « Chaque objet doit être traité et emballé avant d’être transporté. Le déménagement se déroulera sur environ deux à trois mois et en trois phases : d’abord les pièces monumentales comme les pétroglyphes, puis les pirogues et enfin les "petits" objets », a précisé Marianne Tissandier, responsable des collections du Musée de Nouvelle-Calédonie. D’une surface de 600 m2, la nouvelle réserve réunit toutes les conditions pour une parfaite conservation des œuvres et facilitera l’accueil d’objets empruntés à des collections nationales pour de futures expositions. La réouverture du Musée de Nouvelle-Calédonie est programmée pour le début de l’année 2022 avec un nouvel écrin pour ses magnifiques collections.

Le musée pendant le chantier

Pendant les travaux, l'équipe du service des musées et du patrimoine du gouvernement, qui gère l'établissement, sera répartie entre le Sénat coutumier pour la partie administrative et la nouvelle réserve pour le travail de conservation. Les nombreuses animations proposées au Musée de Nouvelle-Calédonie, qui est fréquenté par 25 000 visiteurs en moyenne par an, devraient être organisées dans d'autres lieux. Par exemple, le rendez-vous des Jardins du musée pourrait être accueilli aux Archives de la Nouvelle-Calédonie, un autre service de la direction de la Culture, de la condition féminine et de la citoyenneté. Autre projet concocté par l'équipe : une exposition de préfiguration proposera au public calédonien de replonger dans l'histoire du musée et de se familiariser avec le nouveau parcours muséographique. À découvrir au premier semestre 2020 à Nouméa, puis au second semestre au centre culturel Pomémie de Koné, et enfin au centre culturel de Hienghène, en 2021. En attendant la réouverture, la programmation culturelle sera communiquée sur le site Internet du musée, tandis que les collections restent visibles sur son catalogue en ligne.

Source gouvernement



Culture | Les videos | Les archives