Connectez-vous

Le Médipôle met du cœur à l’ouvrage

Mardi 26 Juin 2018

Le Médipôle a accueilli une mission-test de chirurgie cardiaque menée avec l'institut mutualiste Montsouris de Paris. Elle a permis d’opérer localement une trentaine de Calédoniens, leur évitant ainsi de pénibles et coûteuses évacuations sanitaires. Cette première s’inscrit dans l’esprit du plan Do Kamo qui vise à optimiser l’offre de soins en Nouvelle-Calédonie à destination des populations.



Pendant trois semaines, quinze membres de l'institut mutualiste Montsouris (IMM) ont posé leurs valises au Médipôle pour participer, en collaboration avec le service de cardiologie du centre hospitalier territorial (CHT) Gaston-Bourret, à une mission-test en chirurgie cardiaque.

Soutenue par le gouvernement et portée par le CHT, cette expérience est le fruit des réflexions des deux établissements. L’IMM, d’une part, qui cherche à développer son activité outre-mer et à l’étranger. Et le CHT, d’autre part, qui, malgré son plateau technique de dernière génération, peine à développer cette spécialité, faute d’interventions en nombre suffisant : environ 250 Calédoniens sont opérés chaque année contre un seuil minimum requis de 400 actes annuels. Les malades sont donc "évasanés" vers l'Australie ou la Métropole pour y être opérés du cœur. Des voyages souvent fatigants et stressants pour les patients et qui pèsent lourd sur les comptes de la Cafat.

28 interventions cardiaques

Alors que 80 % des interventions cardiaques réalisées dans le cadre d’évasans sont prévues à l’avance (seules 20 % sont urgentes), cette mission test avait pour objet d’expérimenter un nouveau dispositif. À savoir, programmer les opérations au Médipôle simultanément à la venue en Calédonie de spécialistes – en l’occurrence, les pontes de l’IMM.

Financée intégralement par la Nouvelle-Calédonie via l'Agence sanitaire et sociale, cette expérimentation s’est déroulée du 24 mai au 13 juin. Elle a mobilisé 15 professionnels de santé de l’IMM et l’équipe du service de cardiologie du CHT pour opérer 28 patients calédoniens (remplacements de valves, pontages, etc.).

À la clé : davantage de confort pour les malades qui ont pu rester près des leurs, tout en bénéficiant des mêmes conditions de prise en charge qu'en Métropole (et en français !) ; et un transfert inédit de compétences en chirurgie cardiaque au profit de l’équipe médicale locale.

Évaluer les bénéfices

Reste maintenant à évaluer les bénéfices de la mission pour valider ou non, selon son intérêt médical et son impact économique pour la Nouvelle-Calédonie, sa mise en place régulière.

Ce bilan sera conduit par le CHT, l’IMM, la Cafat et la direction des Affaires sanitaires et sociales de la Nouvelle-Calédonie.  S’il se révèle positif, et en fonction des besoins, de telles missions pourraient devenir récurrentes (tous les trois mois, par exemple) afin d’offrir aux patients calédoniens l’accès à des programmes équivalents à ceux de la Métropole.

 





Les communiqués "Société" | Les archives Société | Communiqués Entreprises | Les videos | Les archives | Interview Découverte