Connectez-vous

La clinique Île Nou-Magnin ouvrira le 25 septembre

Mercredi 8 Août 2018

Après de longues négociations, c’est l’intérêt général qui a prévalu. L’accord signé entre le gouvernement et la clinique Île Nou-Magnin, entériné par les investisseurs immobiliers, garantit des conditions durables d’exploitation.

« Un accord qui permet de respecter les équilibres économiques et les équilibres du Ruamm. » C’est en soulignant ce double aspect que le président du gouvernement Philippe Germain a présenté ce vendredi matin à la presse le protocole d’accord signé entre le gouvernement et la société d’exploitation de la clinique Île Nou-Magnin (INM) le 27 juillet, entériné le 1er août par l’assemblée générale des investisseurs immobiliers (PHP). Après plusieurs mois de discussions et de négociations, « toutes les parties sont enfin tombées d’accord, ce qui va permettre à la clinique d’ouvrir ses portes », a poursuivi Philippe Germain, faisant part de sa « satisfaction ».



Maîtriser les dépenses de santé, s’assurer du bon usage des fonds publics et apporter à la population de nouveaux services, tout en permettant un fonctionnement durable de la clinique sans recourir à des hausses de tarifs payées par les organismes de protection sociale : telles étaient les préoccupations du gouvernement, qui a toujours reconnu la nécessité pour les Calédoniens de disposer d’une offre de soin privée. L’objet des discussions engagées dès le mois de mars était ainsi de convenir des efforts à fournir par chacune des parties pour assurer, non seulement l’ouverture de la clinique, mais surtout un modèle économique viable pour tous les partenaires.

« Un effort significatif »

Ces efforts sont désormais actés. Les actionnaires immobiliers (PHP) réduisent de 2,2 milliards de francs le total des loyers versés par la clinique sur la durée du bail (12 ans), réalisant « un effort significatif », a mis en exergue le président. De son côté, la clinique Île Nou-Magnin accepte, à travers la révision des contrats d’exercice des médecins, une augmentation des redevances de 100 millions répartis sur 2019 et 2020. INM apporte en outre 100 millions en fonds propres et un financement immédiat des aménagements et du mobilier nécessaires à l’ouverture de l’établissement pour 1,4 milliard.

Pour sa part, le gouvernement de la Nouvelle-Calédonie aligne les tarifs des trois cliniques, ce qui équivaut à une augmentation de 3,2 % la première année et de 1,2 % la deuxième, supportée par le Ruamm. Une subvention d’équipement de 300 millions de francs sera versée par l’Agence sanitaire et sociale dès 2018 pour permettre à la clinique de s’installer dans ses murs. Pour permettre d’étaler les coûts, le centre de soins de suite et de réadaptation (SSR) ouvrira progressivement jusqu’au 1er avril 2020. Le service des urgences atteindra sa pleine capacité au plus tard le 31 décembre 2018, avec de nouveaux moyens financiers à compter du 1er janvier 2019.

« Chaque partie a mis au pot, résume Philippe Germain. La situation permet maintenant d’envisager un équilibre financier durable pour la clinique », laquelle pourra ainsi offrir « des prestations supplémentaires aux Calédoniens » tout en « réduisant de 300 millions par an la pression sur le Ruamm » par rapport à la demande initiale.

« Une volonté commune »

Le président de la clinique Île Nou-Magnin, Philippe Léger, a « remercié très sincèrement tous les partenaires ». Malgré de difficiles négociations, « au final, on peut être heureux de ce que la clinique va offrir aux Calédoniens », a-t-il conclu. Jean-Jacques Magnin, président de la SAS PHP, a lui aussi fait part de ses remerciements et confirmé « l’ouverture le 25 septembre » de la clinique de 33 000 m2, « qui comprend tous les services d’un hôpital ». A l’unisson des partenaires de l’accord, Alain Tardivon, porte-parole du collectif Îles Nou-Magnin, s’est dit « extrêmement satisfait » de cette « volonté commune des trois parties d’avancer ». « Les emplois ont été préservés, les praticiens vont pouvoir exercer dans un outil exceptionnel et le patient calédonien pourra profiter d’un équipement supplémentaire », a-t-il énuméré.

Actionnaire de PHP, la Caisse des dépôts et consignations (CDC), à travers son directeur territorial Eric Pannoux, s’est félicitée d’avoir « contribué à offrir un outil au top au niveau international », rappelant qu’« en trois ans, la Nouvelle-Calédonie a procédé à un renouvellement total de son offre de santé », la clinique Île Nou-Magnin étant le dernier maillon après le Médipôle et le centre hospitalier du Nord.

La conclusion est revenue à Valentine Eurisouké, membre du gouvernement en charge de la santé, qui, tout en remerciant « toutes les parties pour les efforts effectués », a tenu à rappeler que « la réforme de la gouvernance de notre système de santé est une des priorités que le gouvernement porte en ce moment ».

Source gouvernement



Les communiqués "Société" | Les archives Société | Communiqués Entreprises | Les videos | Les archives | Interview Découverte