Connectez-vous

La Volvo Ocean Race, mythique course autour du monde, passe à moins de 100 Km de la Nouvelle-Calédonie.

Mercredi 7 Mars 2012

Le Team Français sur GROUPAMA 4, en tête du classement de la 4ème étape de la plus prestigieuse course en équipage et en escale longe actuellement la Nouvelle-Calédonie. Son voilier, un monocoque de 70 pieds (21,5 mètres), file à plus de 16 nœuds de moyenne et se situe à moins 100 km à l’Ouest de Koumac.
Son skipper, Franck Cammas connaît parfaitement la région. Le marin français le plus titré de sa génération, est le parrain de la Groupama Race (Tour de Calédonie à la voile) dont le départ sera donné le 9 septembre prochain ( lire ci-dessous).
Partie de Chine il y a 15 jours, les bateaux doivent regagner Auckland en Nouvelle-Zélande. L’arrivée est prévue aux alentours de jeudi. Les 5 autres équipages, sur des bateaux identiques, évoluent à travers les iles du Pacifique. Tous longent actuellement la côte Ouest de la Nouvelle-Calédonie.



La Volvo Ocean Race, mythique course autour du monde, passe à moins de 100 Km de la Nouvelle-Calédonie.
La question hante les leaders et fait espérer leurs poursuivants. Après deux semaines de mer, au nord-ouest de la Nouvelle-Calédonie, les 1300 milles restants s’annoncent délicats. Une météo instable en mer de Tasmanie menace la hiérarchie de la course et l’avance de Groupama, toujours premier à 70 milles de PUMA. Yann Riou/Groupama Sailing Team/Volvo Ocean Race Hamish Hooper/CAMPER ETNZ/Volvo Ocean Race

Damien Foxall - Groupama sailing team

"J’imagine que Groupama souhaite que rien ne change !"

À 200 milles de la Nouvelle-Calédonie, les concurrents convergent dans une petite dizaine de nœuds de sud-est. Groupama sailing team et PUMA Ocean Racing, les deux premiers bateaux, abattent légèrement pour accélérer ; Telefónica et CAMPER with Emirates Team New Zealand, troisième et cinquième, viennent de virer pour quitter l’ouest.

Deux défis attendent cette flotte regroupée : bien dépasser la Nouvelle-Calédonie en se méfiant de son dévent, et négocier le prochain changement météo d’ici mercredi, en mer de Tasmanie.

« On doit passer sous le vent de la Nouvelle-Calédonie, » explique le skipper de Team Sanya Mike Sanderson, joint par téléphone ce midi. L’île française est montagneuse et longue de 300 milles. Elle perturbe les vents dans son ouest. 

« Il faut prévoir suffisamment large car, vus les vents dominants, il y aura un gros dévent. Ce sera intéressant de voir dans quelle mesure les gars à l’est sont prêts à aller sous le vent de l’île. Ils ont eu une position très solide et maintenant, ils essayent d’abattre pour consolider ça et rester devant Telefónica, qui attaque. »

Sixième à 13h UTC, l’équipage de Sanderson espère tirer profit de l’incertitude météo des prochains jours pour regagner sur les bateaux de nouvelle génération. 

Une dépression qui se dirige vers les îles Fiji créé une zone d’instabilité en mer de Tasmanie, avec une potentielle zone de vent faible à l’approche de la Nouvelle-Zélande. Pour les poursuivants, ce pourrait être l’occasion de reprendre du terrain sur les leaders, ralentis. 

« Après l’île, je pense que les opportunités seront nombreuses. Telefónica est en marche mais nous, on est toujours dans la même position par rapport à CAMPER et Abu Dhabi depuis qu’on a tourné vers le sud, il y a 2500 milles. On est contents de ça. 

« Dans un coin de ma tête, j’ai le sentiment qu’on mérite de battre quelqu’un sur cette étape. J’espère que ce sera notre tour entre la Nouvelle-Calédonie et la Nouvelle-Zélande. »

Ian Walker a le même espoir. « Peut-être que les leaders vont ralentir dans ces petits airs et que la flotte se compressera, » confie le skipper d’Abu Dhabi Ocean Racing, quatrième à 13h UTC. Il espère lui aussi reprendre des milles sur les premiers en utilisant cette inconnue météo, mais comprend bien qu’un renversement de situation déplairait aux leaders français …


Source Groupama



Sports | Les videos | Les archives