Connectez-vous

La Sécurité des calédoniens à l’ordre du jour du comité des signataires

Mercredi 28 Mars 2018

À la suite de nos différentes avancées obtenues sur la question du renforcement de la sécurité des Calédoniens ces dernières années (52 postes de policiers et gendarmes supplémentaires, un 5ème escadron de 75 gendarmes mobiles, la création de deux brigades de prévention de la délinquance juvénile à Koné et Nouméa, une brigade motocycliste à Koné, une unité de la police de proximité dans les quartiers nord en septembre, etc.), nous nous félicitons des avancées enregistrées lors de l’actuel comité sur les points suivants annoncés par les représentants des directions de la police nationale et de la gendarmerie nationale :




1/ Le retour des policiers calédoniens en poste en métropole
L’Etat confirme que 24 policiers calédoniens supplémentaires, actuellement en poste en métropole, seront affectés en Nouvelle-Calédonie avant la fin de l’année 2018 sur la base des postes vacants du fait notamment des départs en retraites et des créations de postes. Nous avons demandé à ce que des dérogations soient accordées aux règles de durée d’affectation statutaire de 5 ou 8 ans (en fonction des statuts).

2/ Poursuite de la calédonisation des postes dans la gendarmerie
Le processus de calédonisation des effectifs de la gendarmerie Nationale, acté lors du Comité des signataires d’octobre 2014, se poursuit au travers notamment d’un retour facilité au pays des gendarmes en poste en métropole mais aussi par un processus d’affectation directe en Nouvelle-Calédonie après la réussite aux examens. 35% des postes de gendarmes actuellement ouverts en Nouvelle-Calédonie sont occupés par des Calédoniens. L’objectif fixé est de parvenir à 75% des effectifs. Un rapport sur ce sujet sera adressé aux membres du Comité.

3/ Pouvoirs du maire en matière de tranquillité publique
Notre proposition de modifier la loi organique ou le code des communes pour donner aux maires de Nouvelle-Calédonie la possibilité de disposer de pouvoirs en matière de tranquillité publique (couvre-feu notamment certains soirs à certaines heures dans certains quartiers), comme leurs homologues métropolitains, sera soumise au vote du parlement dans les meilleurs délais.

Nous regrettons en revanche que l’Etat n’ait pas réservé de réponse positive à notre demande d’affecter un escadron supplémentaire de gendarmes mobiles en Nouvelle-Calédonie (75 hommes).

Source CE



Les communiqués "Société" | Les archives Société | Communiqués Entreprises | Les videos | Les archives | Interview Découverte