Connectez-vous

La Province Nord veut tuer la SLN déclare Pierre Frogier

Mardi 25 Septembre 2012

C'est l'accusation lancée par le Sénateur Pierre Frogier, en réponse aux récentes déclarations de Paul Néaoutyine. Concernant le dossier du nickel, il affirme qu'il ne donnera pas son accord au rapport du comité stratégique et industriel, animé par Anne Duthilleul, si celui-ci ne valide pas la politique de la province Nord de traitement du minerai calédonien à l'étranger. Des propos auxquels a tenu répondre Pierre Frogier, qui a démonté le système de la SMSP, et exprimé ses inquiétudes. Cette déclaration vient compléter les propos de Pierre Bretegnier qui défendait, aussi la transformation du minerai calédonien en Nouvelle-Calédonie, et qui condamnait la politique de traitement hors du territoire, défendu par la SMSP et la province Nord. Pierre Frogier dénonce les propos de Paul Néaoutyine qui s'apparentent à un diktat à l'égard du comité stratégique et industriel, et qui sont très éloignés de la volonté d'une politique globale, de l'exploitation des ressources minières de la Calédonie.



La Province Nord veut tuer la SLN déclare Pierre Frogier

« Ces mines, ce patrimoine, c'est quand même celui des Calédoniens. Et est-ce qu'on peut laisser faire les uns et les autres, les opérateurs d'un côté, la province Nord de l'autre, est-ce que l'on peut laisser s'établir des stratégies sans tenir compte de l'intérêt général de long terme de la Nouvelle-Calédonie et des Calédoniens ? C'est ça, la question que je pose. L'attitude et les déclarations du président de la province Nord ne nous rassurent pas. »

Et au-delà du débat sur le traitement du nickel calédonien en Nouvelle-Calédonie ou à l'étranger, Pierre Frogier veut démonter le système et la stratégie de la SMSP.

« Sous prétexte d'essayer de convaincre les uns et les autres, qu'il vaut mieux aller transformer le minerai à l'étranger, ce qui est sous-jacent, c'est le financement des 51 % de la SMSP dans le projet du Nord. Et pour ça, qu'est-ce qu'on fait ? La province Nord, la SMSP, avec ses sociétés NMC, etc., prend des engagements avec POSCO, avec les Japonais, avec les Chinois. À l'heure où je vous parle, ces gens-là savent qu'ils ne peuvent pas tenir leurs engagements, parce qu'ils n'ont pas les quantités de minerais nécessaires à fournir. »

Pour Pierre Frogier, la stratégie de la province Nord et de la SMSP vise, en fait, à s'emparer des gisements de la SLN pour tenir leurs engagements à l'égard de la Corée du Sud ou de la Chine.

« Nous allons nous retrouver, probablement, dans quelques temps, devant une nouvelle forme de préalable, qu'on a connu, il y a déjà 15 ans, qui consistera à exiger du gouvernement de la République la majorité de la SLN, non pas pour aller à la recherche de l'outil industriel de la SLN, mais pour mettre la main sur les gisements, sur les titres miniers de la SLN, plus que la main. Aujourd'hui, j'affirme que la province Nord veut tuer la SLN pour récupérer ses gisements, et toutes celles et ceux qui s'associent à la démarche de Paul Néaoutyine qui l'a déjà affirmé, pour demander la majorité du capital de la SLN, c'est fait pour ça, c'est pour mettre la main sur les gisements de la SLN. »

La province Nord veut tuer la SLN, affirme Pierre Frogier, mais le Sud ne va pas laisser faire, affirme le président du Rassemblement UMP. Il rappelle sa proposition que la province Sud se dote d'une société minière. Il rappelle également le classement des massifs de Prony et de Pernod en réserves techniques provinciales. C'est une politique qui va être poursuivie.

« Sur Prony et Pernod, rien ne peut se faire sans la province Sud, et progressivement, nous allons, pas à pas, sur tous les titres miniers qui sont disponibles, sur ceux qui seront convoités par des opérateurs qui ne sont pas en province Sud, eh bien, la province Sud fera valoir sa volonté de classer ces titres en réserves techniques provinciales. Nous deviendrons un opérateur, et puis, si, et je le regrette très fortement, au lieu de raisonner pays, au lieu de raisonner global, la province Nord continue à raisonner province Nord, mais en allant chercher des minerais dans le Sud, ben, ça se passera pas comme ça, parce qu'il y aura une priorité à la province Sud sur les gisements qui sont logés sur son territoire. »

Et ce sont notamment les conséquences politiques de cette situation qui inquiètent Pierre Frogier. Il estime que l'attitude de la province Nord va déboucher sur une forme de partition, et que l'on s'éloigne de l'état d'esprit qui a présidé à la mise en place, à sa demande, du comité stratégique et industriel, lors du comité des signataires de juin 2010. Le président du Rassemblement UMP qui répète par ailleurs sa conviction que toute solution institutionnelle de long terme passe par un accord sur la gestion des ressources en nickel de la Nouvelle-Calédonie.



Source RUMP



Les communiqués "Société" | Les archives Société | Communiqués Entreprises | Les videos | Les archives | Interview Découverte