Connectez-vous

« La Papouasie nous offre de réelles opportunités »

Mardi 24 Juillet 2018

Le président du gouvernement Philippe Germain, le membre du gouvernement Didier Poidyaliwane et le cluster NCT&I ont présenté le bilan de la mission menée récemment en Papouasie-Nouvelle-Guinée. Il existe un véritable potentiel pour les entreprises calédoniennes qui doivent maintenant se mobiliser.



Du 3 au 5 juillet, le gouvernement de la Nouvelle-Calédonie organisait pour la première fois une mission de diplomatie économique en Papouasie-Nouvelle-Guinée. Cette visite poursuivait plusieurs objectifs qui s’inscrivent dans la politique d’intégration régionale portée par le gouvernement depuis 2015. Tout d’abord, faire participer la Nouvelle-Calédonie aux discussions sur la gestion de la zone Pacifique. Ensuite, nouer des relations plus étroites avec nos voisins, matérialisées par des accords bilatéraux de coopération à l’instar de ceux conclus avec la Nouvelle-Zélande, l’Australie et le Vanuatu. Préalable à un tel engagement, une déclaration commune a été signée pendant le déplacement (lire l’encadré). Enfin, l’ouverture sur la région est également au service de la diversification de l’économie et du développement des exportations.
C’est de ce dernier volet dont il a été question avec les entrepreneurs qui ont répondu à l’invitation du gouvernement et de New Caledonia Trade&Invest (NCT&I) le 17 juillet.

Une ville en construction

Huit entreprises calédoniennes ont été associées à la mission, tandis qu’un forum relatif aux opportunités commerciales a été organisé à Port Moresby. D’un million d’habitants, la capitale « est actuellement un chantier perpétuel. Des bâtiments modernes, des hôtels, des centres commerciaux, un front de mer sont sortis de terre, décrit le président du gouvernement pour planter le décor. Les infrastructures commencent à se mettre en place, en revanche, il n’y a pas encore de zones industrielles. Beaucoup de choses restent à développer ».
Cette effervescence est en partie due à la tenue, en novembre, du sommet de l’APEC* – le plus grand forum économique intergouvernemental de la région Asie-Pacifique. À cette occasion, devrait être officialisé le projet de gaz naturel liquéfié, Total-PNG, de plusieurs millions de dollars. « Un projet immense dans un pays où il y a tout à faire. Les grandes entreprises qui décrocheront les appels d’offres internationaux devront faire appel à des sous-traitants. Il y aura aussi des besoins induits par la présence de milliers d’expatriés mobilisés pendant toute la durée du chantier, souligne Philippe Germain. La Papouasie-Nouvelle-Guinée  offre de réelles opportunités aux entreprises calédoniennes à tous les niveaux ». Pour Didier Poidyaliwane, membre du gouvernement en charge des affaires coutumières, ce rapprochement avec notre  voisin de l’arc mélanésien « arrive au bon moment ».

Expertise calédonienne

La proximité géographique et des similitudes environnementales donnent à la Nouvelle-Calédonie l’avantage de pouvoir apporter son savoir-faire dans de nombreux domaines : environnement, mine, BTP, génie civil, énergies renouvelables, formation, agriculture, pêche, industrie, services, etc. Le Premier ministre Peter O’Neill en personne, sans doute adepte de la french touch, verrait d’un bon œil l’ouverture de boulangeries ! Dans le secteur majeur de l’activité minière, « la Papouasie attend beaucoup de la Nouvelle-Calédonie en matière d’expertise et de réglementation en vue d’une montée en compétence de ses personnels », indique Sébastien Sarramegna. Le gérant du bureau d’études EMR, qui a représenté NCT&I à Port Moresby, poursuit : « C’est un pays très vaste avec des populations dispersées. Il y a aussi une réelle volonté de développer le numérique et les énergies renouvelables pour apporter l’électricité dans les zones isolées ».
Pour saisir ces différentes opportunités, les entreprises calédoniennes ont désormais les cartes en main.  De son côté, le gouvernement est prêt à débloquer un budget afin « d’installer un relais du cluster NCT&I sur place pour représenter les entreprises et les accompagner dans leurs démarches de prospection », conclut Philippe Germain.

* Asia-Pacific Economic Cooperation

 

« La Papouasie nous offre de réelles opportunités »
L’expérience d’Easy Skill en Papouasie

Spécialisée en énergie, Easy Skill propose des ressources humaines et techniques pour répondre aux besoins des sociétés minières en Nouvelle-Calédonie. La société, dont le siège est basé à Lyon, a aussi ouvert une antenne en Papouasie-Nouvelle-Guinée. Christopher Lorho, le directeur général, témoigne : « Notre aventure en Papouasie a commencé il y a trois ans lors d’un voyage économique organisé par Business France Australie. J’étais l’un des cinq entrepreneurs calédoniens qui faisaient partie de cette mission. Au vu des opportunités, nous avons décidé d’implanter la société via un partenariat avec un entrepreneur australien. Nous découvrons au jour le jour ce marché à fort potentiel. Le projet Total va être le démarrage d’une nouvelle ère. Chaque entreprise calédonienne a intérêt à se tourner vers la Papouasie dès lors qu’elle peut apporter un service de qualité. Les démarches à réaliser pour s’implanter là-bas ne sont pas insurmontables surtout lorsqu’il y a de telles opportunités ».   

Un accord pour septembre

À l’issue des différentes rencontres institutionnelles, la Nouvelle-Calédonie et la Papouasie-Nouvelle-Guinée ont signé une déclaration commune. « Elle vise à la rédaction d’un accord qui sera signé lors du prochain Forum des Îles du Pacifique en septembre », déclare Philippe Germain. L’intention est de poursuivre et de consolider la coopération entre les deux pays dans les domaines de la mine, de la pêche, de l’exploitation forestière, de l’environnement et de la conservation, du changement climatique, du commerce et de l’investissement, ainsi que de l’éducation et de l’apprentissage de la langue française.

Source gouvernement



Les communiqués "Société" | Les archives Société | Communiqués Entreprises | Les videos | Les archives | Interview Découverte