Connectez-vous

La DEFE et la question du handicap au travail

Lundi 12 Octobre 2015

Employer des travailleurs handicapés est une obligation au-delà de 20 salariés. Le service de la Formation, de l’Accompagnement et de l'Information de la province Sud accompagne les futurs salariés et les employeurs dans un pari gagnant-gagnant.



L’emploi : pari gagnant sur le handicap

« Tout est affaire de personne. Avec ou sans handicap, toute embauche est un pari à relever pour les deux parties » considère Mireille Cassin, la responsable du Bureau des publics prioritaires de la direction provinciale de l’Économie, de la Formation et de l’emploi (DEFE). Elle dirige une équipe spécialisée dans l’insertion des bénéficiaires de l’obligation d’emploi des travailleurs handicapés.

Les entreprises d’au moins 20 salariés sont en effet tenues de recruter un minimum de personnes handicapées à hauteur de 2,5 % des effectifs. Si tel n’est pas le cas, et selon leur masse salariale, elles doivent s’acquitter d’une taxe parfois onéreuse.

Comme les autres

Pourtant, embaucher ces publics n’est pas un mauvais choix. Humainement, ces travailleurs handicapés trouvent un épanouissement dans l’emploi et montrent une motivation souvent supérieure. L’intérêt est aussi financier pour l’entreprise, qui peut bénéficier du Fonds pour l’Insertion Professionnelle (FIP) des personnes en situation de handicap afin d’aménager leur poste de travail et les accès dans la société.

Régulièrement, la DEFE sensibilise les entreprises à travers des petits déjeuners d’information. Les employeurs apprécient ces conseils sur les modalités d’embauche, les constitutions de dossier, les attitudes à adopter au sein de l’entreprise. « Il ne faut pas les considérer comme un salarié différent. Ils veulent être regardés comme les autres » insiste Mireille Cassin.




Les communiqués "Société" | Les archives Société | Communiqués Entreprises | Les videos | Les archives | Interview Découverte