Connectez-vous

La Côte Oubliée sanctuarisée

Lundi 15 Avril 2019

Les élus provinciaux ont voté à l’unanimité, ce matin, la création du parc provincial de la Côte Oubliée. Avec cette initiative, la province Sud double sa superficie d’espaces terrestres protégés et s’impose comme un « hot spot » de la préservation de la biodiversité mondiale.



C’est l’aboutissement d’un travail fastidieux, de terrain et concerté, entrepris avec les habitants et les autorités coutumières de la zone : la côte Oubliée, qui borde le côté Est de la province Sud est désormais un parc naturel provincial.  Un espace, situé entre les tribus d’Unia et de Thio Mission, de 98 000 hectares pour la partie terrestre et 29 000 hectares pour la partie marine, qui compte 98% d’espèces végétales endémiques, des centaines d’espèces rares ou menacées, un patrimoine culturel et immatériel précieux, et surtout la moitié des forêts humides de la Nouvelle-Calédonie. Un véritable trésor de biodiversité, déjà étudié par des scientifiques du Muséum national d’histoire naturelle notamment.

Une énorme concertation
A l’issue de réunions d’information en tribu, d’une enquête publique, et autres consultations, la Nouvelle-Calédonie, propriétaire du domaine public, a donné son accord afin que la zone devienne parc provincial. Les autorités coutumières d’Unia et de Borendy notamment, concernées par trois enclaves, se sont également montrées très favorables au projet.

Ce classement induit surtout le gel d’une centaine de titres miniers. Les mineurs, tous informés et consultés, ne perdent pas pour autant tous leurs titres sur la zone puisque les gisements actuellement en exploitation et les sites dégradés au niveau du littoral ne sont pas compris dans le parc. C’est pourquoi, pour cette zone, « il y a un enjeu de réhabilitation environnementale, explique Philippe Michel, président de la province Sud. 13 500 hectares, situés en pourtour du parc, sont dégradés par les feux ou l’exploitation minière ou la prospection ».

Un projet qui fait consensus

Un vote à l'unanimité !
Un vote à l'unanimité !
Pour Nina Julié, rapporteur de la commission de l’Environnement, « doter la Côte Oubliée d’un statut de protection tel qu’un parc provincial est un acte exemplaire parce qu’ʹil va permettre de protéger et de valoriser cet environnement exceptionnel. Vient en deuxième étape, l’élaboration d’un plan de gestion qui va permettre de répondre aux enjeux environnementaux de la zone, mais aussi aux enjeux culturels et aux enjeux de développement économique.»

Voté à l’unanimité en assemblée de province et avec les applaudissements de l’assistance, le classement a satisfait les élus. La finalité envisagée de ce parc ? Pourquoi pas demander à l’Unesco d’inscrire cette nouvelle zone au Patrimoine mondial de l’Humanité pour la Nouvelle-Calédonie.


Source province Sud/mag



Environnement | Les videos | Les archives