Connectez-vous

La Chine "alimente la corruption et le ressentiment dans le Pacifique": le ministre des Affaires étrangères du Vanuatu

Mardi 12 Mars 2019

Ben Packham, journaliste politique le 12 mars 2019 THE AUSTRALIAN
Le ministre des Affaires étrangères du Vanuatu, Ralph Regenvanu, un des diplomates les plus respectés du Pacifique, a averti que les investissements chinois dans la région alimentaient la corruption et suscitaient le ressentiment des populations locales privées de l'emploi par la main-d'œuvre importée.
M. Regenvanu a déclaré que le principal problème des relations avec la Chine - à la différence de l'Australie et de la Nouvelle-Zélande - résidait dans le contrôle des lois locales et des problèmes liés à la corruption.




"Les investisseurs chinois semblent avoir une attitude plus laxiste vis-à-vis de la réglementation, par exemple des évaluations d'impact sur l'environnement", a-t-il déclaré au Centre australien pour la Chine et au World’s Little Red Podcast.
M. Regenvanu a déclaré que les relations entre les politiciens locaux à Vanuatu et le principal entrepreneur chinois, China Civil Engineering Construction Corporation, minaient la bonne gouvernance.
« Il y a bien sûr des problèmes de corruption, en particulier dans les travaux publics», a-t-il déclaré.
M. Regenvanu a déclaré qu'un très grand nombre de travailleurs chinois à Vanuatu suscitaient le ressentiment parmi les habitants, en particulier dans son propre électorat de Port Villa, où les hommes d'affaires et les ouvriers chinois étaient considérés comme privant les jeunes de possibilités.
"Lorsque vous voyez des personnes que vous percevez comme des étrangers qui occupent un emploi ou ont une entreprise, et que vous pensez être un local sans pouvoir y avoir accès, cela devient un problème", a-t-il déclaré.
La secrétaire générale du Forum des îles du Pacifique, Dame Meg Taylor, a déclaré que certains pays du Pacifique avaient l'impression d'être submergés par les travailleurs chinois.
« Je pense qu'il y a une peur d'être envahi. Que tout le monde viendra de l'extérieur pour faire ces projets », a-t-elle déclaré.
Dame Meg a déclaré que le sentiment était vif dans son pays, la Papouasie-Nouvelle-Guinée, où 60% de la population avait moins de 16 ans.
« Vous rencontrez tous ces jeunes qui ne peuvent tout simplement pas trouver un emploi. Nous devons résoudre ce problème. Nous devons leur offrir des opportunités », a-t-elle déclaré au Little Red Podcast.
Dame Meg a déclaré que Pékin avait cherché à influencer le secrétariat du forum en lui demandant instamment de reconnaître la politique de la Chine unique.
Mais le forum inclut six pays qui continuent de reconnaître Taïwan - Iles Salomon, Kiribati, les Îles Marshall, Nauru, Tuvalu et Palau.
« Le secrétariat fait face à de la pression. Le forum lui-même, les dirigeants se conduisent comme ils veulent. Mais nous sommes les travailleurs, alors nous nous en moquons », a-t-elle déclaré.

Source The Australian



Archives du web