Connectez-vous

Ils vont à Rio…

Vendredi 26 Août 2016

À quelques jours de leur départ pour les Jeux paralympiques de Rio (7-18 septembre), les sportifs calédoniens Pierre Fairbank, Rose Welepa et Nicolas Brignone étaient reçus ce mercredi soir par le président du gouvernement Philippe Germain. Ambiance et ambitions.

Si le record français de participation est détenu par un escrimeur, avec huit Paralympiques au compteur, Pierre Fairbank s’apprête à disputer ses cinquièmes Jeux consécutifs ! Après Sydney 2000, Athènes 2004, Pékin 2008, Londres 2012, voici Rio 2016. Mais où donc le champion de 45 ans puise-t-il encore la motivation ? « Dans la passion pour un sport où, chaque année, des records sont battus, avec un matériel en constante progression. Alors, près de vingt ans après mes débuts, j’arrive encore à découvrir des choses, à rechercher l’efficacité dans le geste. Et puis, les Paralympiques, c’est toute une ambiance, la compétition ultime. »

À Rio, Pierre s’alignera dans son fauteuil sur cinq épreuves différentes : 100 m, 400 m, 800 m, relais 4 x 400 m et marathon (42 km). Avec deux distances prioritairement ciblées : les 400 et 800 m. « J’aimerais écrire une nouvelle belle histoire, et ramener une médaille pour la Calédonie, pour les Calédoniens, pour faire plaisir aux gens de mon entourage qui me soutiennent. »

2es Jeux pour Rose, baptême du feu pour Nicolas

De son côté, la Maréenne Rose Welepa (30 ans), déficiente visuelle, participera à ses deuxièmes Jeux après Londres où elle s’était classée 14e au concours du poids et avait atteint la finale au javelot. Cette année, la sociétaire du CA Jules Garnier se consacrera au seul lancer du poids. Elle aborde la compétition « motivée et stressée ». Avec pour objectifs « de battre [son] record personnel – 11,65 m –, d’être en finale et, pourquoi pas, d’obtenir une médaille ».

Licencié au Handi Club calédonien, comme Pierre Fairbank, Nicolas Brignone (27 ans) recevra son baptême du feu. Lui aussi sur fauteuil T53, au départ des 100 m, 400 m et relais 4 x 400 m. « J’espère que pour ses premiers Jeux, il se fera plaisir, confie son aîné, ami et mentor. La qualification représente déjà une victoire en soi. Nicolas sera très fort en 2020 ».

L’aide du gouvernement

Ce mercredi soir, les trois athlètes étaient reçus par Philippe Germain. « La Calédonie a toujours été très performante en handisport. On ne va pas vous mettre la pression, mais on espère bien que vous nous rapporterez encore quelques médailles ! », a lancé le président en souriant. Il faut souligner que les trois sportifs sont soutenus tout au long de l’année par le gouvernement, à travers des aides financières pour les déplacements ou l’acquisition de matériel, la prise en charge de l’encadrement assuré par Olivier Deniaud, entraîneur de l’équipe de France d’athlétisme handisport, ou encore le suivi médical.

« Le gouvernement s’attelle à rattraper le retard accumulé dans le domaine du handicap, a poursuivi Philippe Germain. C’est un travail long et coûteux. L’événement des Jeux paralympiques va permettre de donner un coup de projecteur sur ces difficultés et un élan aux actions que les collectivités doivent porter, tout en suscitant un autre regard sur le handicap ».

Dans quatre ans à Tokyo ?

Pierre, Rose et Nicolas s’envoleront pour Rio mardi prochain. Et dans quatre ans ? Pierre pourrait-il viser Tokyo 2020 ? Le champion au sourire d’ange n’exclut rien. « Les Jeux, c’est tellement dur à chaque fois, pour y arriver on s’en met tellement dans la g… qu’on finit épuisé, avec l’envie de relâcher enfin. Mais après… » En attendant de replonger, ou pas, il va « basculer » sur le marathon international, en courant, dès novembre, celui de New York. Le multi-médaillé et recordman d’Europe et du monde (des 400 et 800 m) sur piste n’a jamais rien gagné sur route. Et ce nouveau défi n’est pas pour lui déplaire…




Source gouvernement



Sports | Les videos | Les archives