Connectez-vous

Forum de l’eau, deuxième !

Mardi 26 Novembre 2019

Le deuxième Forum de l’eau, organisé par le gouvernement, se tient à la Communauté du Pacifique le mardi 26 novembre. Il sera l’occasion pour tous les acteurs en lien avec la précieuse ressource de faire le point sur les actions de la politique de l’eau partagée (PEP), mais aussi de fédérer les Calédoniens autour de cette cause.





De la première édition du Forum H20 en avril 2018 à aujourd’hui, l’eau a coulé sous les ponts… « De cette rencontre est né un véritable plan opérationnel, qui constitue notre actuelle politique de l’eau partagée, adoptée par le Congrès en mars 2019 », rappelle Jean-Pierre Djaïwé, en charge du secteur de l’eau au gouvernement. Articulé autour de neuf orientations – six d’ordre stratégique et trois, opérationnel – cette feuille de route pour l’accès de tous à l’eau, sa préservation et sa bonne gestion, se décline en pas moins de 700 actions de terrain.

Un travail d’équipe

Pour les mettre en œuvre, deux entités sont à la barre. « Le comité de l’eau, qui réunit le gouvernement, l’État, les provinces, les associations de maires, le conseil économique, social et environnemental et le sénat coutumier », chargé du pilotage au plan politique ; et « la mission interservices de l’eau (services des provinces, de la Nouvelle-Calédonie et des communes concernés par la gestion de l’eau et des milieux aquatiques), ou MISE, qui est le maître d’œuvre et suit les orientations fixées par le comité de l’eau », explique le membre du gouvernement. L’équivalent d’un comité de pilotage et d’un comité technique animés par un même objectif : « mettre en place une démarche participative, explique Geoffroy Wotling de la direction des Affaires vétérinaires, alimentaires et rurales (DAVAR), qui engage à la fois les institutions, les professionnels et les acteurs de l’eau, mais aussi les populations ».

Développer des solutions locales

Pour y parvenir, des groupes d’approche intégrée ont été mis en place dans trois régions pilotes. À Hienghène le 18 novembre, à La Foa-Boulouparis le 20 et à Maré le 22. Les habitants ont été conviés à des ateliers participatifs d’une journée, organisés par la MISE, afin d’identifier les actions prioritaires et réfléchir en commun aux moyens de les mettre en œuvre.

Une méthode innovante, qui propose de « penser l’eau différemment pour, à terme, la considérer et l’utiliser autrement, collectivement », indique le chercheur Nils Ferrand (lire l’encadré) auquel la DAVAR a fait appel pour accompagner cette démarche préparatoire à la mise en œuvre de la PEP.

Le bilan de ces expériences, ainsi que l’état d’avancement du déploiement de la PEP, seront à l’ordre du jour du deuxième Forum de l’eau. Il s’agira notamment de déterminer si ces groupes d’approche intégrée seront élargis ou non à d’autres régions en 2020.

Un expert aux côtés de la MISE

Chercheur public au sein de l’Institut de recherche en sciences et technologies pour l’environnement et l’agriculture (IRSTEA) et chef de projet à l’Unité mixte de recherche en gestion de l’eau de Montpellier, Nils Ferrand intervient en tant qu’expert auprès d’organismes internationaux. À ce titre, il a accompagné de nombreux gouvernements et institutions dans la conception et la mise en œuvre de démarches participatives. Dans la région Pacifique, il a notamment travaillé pour l’Australie, les Kiribati ou encore le Vanuatu.

Source gouvernement



Politique | Société | Les videos | Entreprises | La Culture | Environnement | Les sports | Sciences | L'actualité | La vie des communes | Qui sommes-nous? | Océanie | La vie des associations