Connectez-vous

Echanges de fond entre Ronald Frère et Philipe Blaise sur le web

Vendredi 28 Mars 2014

Suite 6 Réponse au tract de Philippe Blaise.
P. Blaise dit :
Les indépendantistes prétendent que les Calédoniens pourraient se passer de cette contribution de l’Etat.



Réponse RF
Vrai, pour plusieurs raisons :
1 - D’abord regardons l’aspect pragmatique des choses, il arrivera qu’il faudra se passer de cette contribution de l’Etat ou du moins la réduire drastiquement.
Qu’en est il aujourd’hui ? Nous vivons au-dessus de nos moyens, le site officiel du gouvernement français nous indique le coût d’un fonctionnaire d’état dans nos îles.
Est il raisonnable de penser que nous allons continuer longtemps à surpayer des agents et des professions protégées.
Il ne faut pas mentir aux calédoniens, non. Pensez vous que ces primes d’éloignement représentant 5 mois de salaire, rentrent dans les caisses du Territoire, Non elles restent en France, mais elles sont comptées dans le budget de l’Etat en Nouvelle Calédonie. Sont elles des rémunérations normales et justifiées ?
Pour des avantages comme le voyage en France, les primes d’éloignement (10 mois de salaires tous les 2 ans) etc..., plus rien aujourd’hui ne les justifie.
Il est clair et il faut le dire que dans le cadre de l’accession de la Nouvelle Calédonie à sa souveraineté, ces dépenses superflues ne seront pas maintenues.
Elles représentent une injustice pour l’ensemble des autres travailleurs et les réalités de l’environnement international nous le rappelle chaque jour.
D’ailleurs l’Etat Français sera obligé d’effectuer des coupes d’austérité dans ces derniers privilèges d’un temps révolu.
Il faut aussi comprendre que ce type de privilèges pèse de façon dommageable sur le pays : Inflation sur les prix (vie chère), flambée de l’immobilier, démotivation des autres personnels, injustice sociale etc...
Je cite.
«Article paru sur le site de France 2.
Ou l'incroyable régime de faveur des agents publics : un SCANDALE!
Un couple de profs "grelotte" dans le nord de la France à 2.900€ par mois chacun, ils se font muter en Polynésie, leur salaire a changé de latitude pour se fixer sur la ligne bleue turquoise des 7.000€ net, primes comprises. "La vie est plus facile", résument- ils pudiquement ! Et ce n'est qu'un exemple....
Avantages sur les salaires :
• 40% de majoration aux Antilles pour tous les fonctionnaires,
• 53% à La Réunion,
• 105% à Wallis-et-Futuna,
• 108% en Polynésie.
Pour les seuls expatriés, un tombereau de primes d'installation :
• 16 mois de salaire pour 4 ans de service en Guyane et à Saint-Martin,
• 10 mois de salaire pour 2 ans de présence en Nouvelle-Calédonie au titre de la prime d’éloignement,
• 23 mois de salaire pour 2 ans de présence à Mayotte au titre de la prime d’éloignement.
• 30 jours de congés supplémentaires par an soit 60 jours par an.
• Un A/R Paris-DOM-TOM tous les 3 ans pour l’ensemble de la famille (agent, conjoint et enfants), avec les compliments du Ministère de la Fonction Publique.
Avantages sur les retraites :
Pour ne pas faire de jaloux, cette "bonne fille" qu'est la République Française consent aussi des avantages sonnants aux fonctionnaires de l'Etat qui prennent leur retraite sous les tropiques ainsi leur pension est gonflée de :
• 35% à La Réunion.
• 75% en Polynésie et en Nouvelle-Calédonie. Avantages fiscaux :
Tout ceci étant, comme vous pouvez le constater, insuffisant, douaniers, profs, préfets, policiers, en retraite ou non, bénéficient des régimes fiscaux adoucis de ces terres lointaines : 30% d'IRPP en moins à la Guadeloupe, 40% en Guyane et pas un sou à payer à Saint-Barthélemy.
Inutile de dire que ces "cadeaux royaux" coûtent les yeux de la tête à l'Etat: 2,4 milliards d'euros par an, l'équivalent de 5% de l'impôt sur le revenu! D'autant plus que cette différence de traitement ne se justifie plus.
Ce qui entraîne :
• 3 fois trop de demandes de mutation à La Réunion,
• 2 fois trop à La Martinique,
Les fonctionnaires se précipitent dans nos confettis comme les bidasses à la soupe (et Dieu sait si les bidassent sont affamés...).
Le système est tellement alléchant qu'il a fini par susciter des vocations de "chasseurs de primes". Pour la chasse à l'indemnité d'éloignement, le must consistait à faire la navette entre les cocotiers martiniquais et les volcans de l'océan indien, pour toucher plusieurs fois le pactole.
Le circuit a changé, les fonctionnaires malins (un autre qualificatif ne serait-il pas plus approprié ?) choisissent plutôt les plages de sable blanc de Nouvelle-Calédonie ou de Polynésie.
Ainsi ce cadre informatique du Trésor qui, en délaissant St-Denis de La Réunion pour Nouméa, a décroché 10 mois de salaire d'indemnités et a vu sa prime de vie chère bondir de 40% à 108%.
Encore plus avisé, un couple d'instituteurs a opté pour Mayotte et, après 4 ans sur cet improbable îlot de l'hémisphère Sud, a mis les voile avec 143.000€ en poche ! Mais c'est, HELAS, légal.
Mais combien, parmi les 25.000 fonctionnaires à la retraite dans les DOM-TOM, font- ils simplement semblant d'y vivre juste pour toucher une pension majorée. Ils se font domicilier dans les DOM-TOM, sous-louent en douce leur appartement et repartent vite fait en métropole. Alors qu'ils sont tenus de ne pas s'absenter plus de 40 jours par an.
Les conséquences graves et les inconvénients du système sont désolants :
• Coup de chaud sur l'immobilier (+90% en 5 ans en Nouvelle-Calédonie, les locaux n'arrivent plus à se loger, les constructeurs délaissent les appels d'offres HLM au profit des résidences de cette clientèle aisée.
• Fortes distorsions sur le marché du travail : le Privé a du mal à recruter des jeunes diplômés, car ils veulent tous entrer dans la Fonction Publique.
• Découragées par le montant astronomique des traitements, les collectivités territoriales hésitent à titulariser les nouvelles recrues (recours à des vacataires, emplois précaires représentant plus des 2/3 des effectifs de la Fonction Publique dans les DOM-TOM). D'où problèmes sociaux, grèves à répétition...
GASPILLAGES, GASPILLAGES. A quand une remise à plat de tout ce système dont PROFITENT HONTEUSEMENT CERTAINS FONCTIONNAIRES ?
Le Roi UBU n'est pas mort, il vit en France, il se porte à merveille....»
2) Ces budgets seront forcément rabotés car ils seront ramenés aux réalités locales. De toute façon quel pays au monde verse un traitement net moyen de 700.000 FCFP à ses enseignants ou ses fonctionnaires.
Arrêter cette gabegie est une priorité du projet nationaliste et indépendantiste. Nous disons aux Calédoniens que ces privilèges d’un autre temps n’ont plus de réalité économique et budgétaire et que nous ne les maintiendrons pas.




Archives du web