Connectez-vous

Desserte maritime de l’Ile des Pins : mise au point de la province Sud

Vendredi 10 Août 2018

Depuis plusieurs mois, la société de développement et d’investissement des îles Loyauté (la SODIL) réclame à la province Sud un soutien financier, pour combler ce qu’elle estime être la contribution de la desserte de l’île des Pins au déficit de sa filiale Sudiles, qui détient et exploite le navire à grande vitesse Betico 2.




A notre demande, la SODIL a produit une synthèse des comptes de l’exploitation du Betico, qui répartit ses charges et ses recettes entre la desserte de l’île des Pins, d’une part, et la desserte des Loyauté, d’autre part. Selon la SODIL, cette synthèse démontre que la desserte de l’île des Pins génèrerait un déficit de 65 millions de francs par an.
Toutefois, l’examen de cette synthèse par les services de la province Sud n’a pas permis de confirmer la validité du décompte effectué par la SODIL car, dans ce calcul, toutes les charges communes aux deux dessertes (telles que l’amortissement du navire ou son carénage annuel) sont en partie imputées à la desserte de l’île des Pins, alors qu’elles resteraient présentes si cette desserte n’était pas assurée.
Or la province Sud connait bien cette problématique, puisque la Sudiles était, jusqu’au 2 août 2011, détenue à moitié par Promosud. A l’époque, le déficit structurel de cette société était entièrement imputable à la desserte des îles Loyauté, et c’est pourquoi Promosud avait souhaité s’en désengager. C’est donc en parfaite connaissance de cause que la province des îles Loyauté, par l’intermédiaire de la SODIL, a accepté de racheter, à un prix favorable, les parts détenues par Promosud.
Lors d’un entretien avec l’ex-directeur de la Sudiles, celui-ci a reconnu que l’arrêt de la desserte de l’île des Pins aggraverait le déficit d’exploitation, ce qui était précisément la cause du désengagement de Promosud en 2011.
Nous avons également pu constater dans les comptes de résultat de la SODIL jusqu’en mars 2017 (dernier exercice clos) que la province des îles ne verse plus de subvention depuis janvier 2011 et que, sur le dernier exercice dont les comptes ont été produits, le déficit était de 77 millions de francs. Ces deux arguments sont à nos yeux incompatibles avec une demande d’aide de 65 millions adressée à la seule province Sud.
Toutefois, à titre de compromis et malgré un contexte budgétaire extrêmement contraint, la province Sud a accepté de soutenir la desserte maritime de l’île des Pins en attribuant à la Sudiles une aide de 30 millions de francs. Elle souhaite, pour prendre une décision concernant 2019, poursuivre ses discussions avec la SODIL. Parallèlement, la province engage une étude approfondie pour rechercher la meilleure solution pour répondre aux enjeux de la desserte maritime de l’île des Pins.

Source province Sud



Politique | Société | Les videos | Entreprises | La Culture | Environnement | Les sports | Sciences | L'actualité | La vie des communes | Qui sommes-nous? | Océanie | Vu sur le Web | La vie des associations