Connectez-vous

Des "délégués pour la Nouvelle-Calédonie" dans cinq ambassades françaises

Vendredi 27 Janvier 2012

Des "Délégués pour la Nouvelle-Calédonie" vont être affectés dans cinq ambassades françaises de la région Pacifique en vertu d’une convention signée jeudi à Paris, première du genre et qui pourrait servir de modèle dans d’autres régions du monde pour les territoires d’outre-mer.



Des "délégués pour la Nouvelle-Calédonie" dans cinq ambassades françaises

Ces "Délégués pour la Nouvelle-Calédonie" vont contribuer à "l’avancée des compétences" de ce territoire, a souligné le ministre à la Coopération, Henri de Raincourt, signataire du texte avec sa collègue à l’Outre-mer, Marie-Luce Penchard, et Harold Martin, président du gouvernement de la Nouvelle-Calédonie.

Prévu par l’accord de Nouméa de 1998, "ce nouveau dispositif va favoriser la coopération avec les Etats voisins et renforcer l’insertion de la Nouvelle-Calédonie dans son environnement régional", a-t-il ajouté.

L’accord de Nouméa de 1998, signé entre l’Etat, les anti-indépendantistes et les indépendantistes, organise une décolonisation par étapes avec d’importants transferts de compétences à l’exécutif local de Nouvelle-Calédonie, française depuis 1853. Il prévoit un référendum d’autodétermination entre 2014 et 2018.

Les ambassades concernées par la nouvelle convention sont situées en Papouasie-Nouvelle Guinée, à Vanuatu, aux Fidji, en Nouvelle-Zélande et Australie.

C’est une "première du genre" et avec ces représentants la Nouvelle-Calédonie "va servir de modèle à l’ensemble de l’Outre-mer", a estimé Marie-Luce Penchard. Sur le plan international, cette nouvelle stratégie signifie notamment que "nos territoires auront la possibilité d’affecter des représentants au sein de nos ambassades", a-t-elle ajouté.

"C’est un pas de plus dans la mise en oeuvre de l’accord de Nouméa" et la République montre ainsi qu’elle "sait aussi évoluer", s’est félicité Harold Martin, en soulignant la présence dans le vaste salon du Quai d’Orsay où a été signée la convention des drapeaux français, européen et de Nouvelle-Calédonie.

La Nouvelle-Calédonie est déjà membre de plein droit de la Communauté du Pacifique (CPS) et du Programme Océanien pour l’Environnement (PROE). Elle aspire à devenir membre à part entière du Forum des Iles du Pacifique et ce souhait est soutenu par Paris, a précisé Henri de Raincourt.


Des "délégués pour la Nouvelle-Calédonie" dans cinq ambassades françaises

Les sénateurs Pierre Frogier et Hilarion Vendegou, et le député européen, Maurice Ponga étaient présents à Paris le jeudi 26 janvier au quai d'Orsay pour la signature de la convention pour l'accueil des délégués de Nouvelle-Calédonie au sein du réseau diplomatique. Les délégués seront installés au sein des ambassades de France, dans la région Pacifique. Cette convention a été signée avec le ministre chargé de la coopération, Henri de Raincourt, la ministre de l'Outre-mer, Marie-Luce Penchard et le président du gouvernement de la Nouvelle-Calédonie Harold Martin, qui a tenu à souligner que la présence de Calédoniens dans les ambassades de la région est une application de l'Accord de Nouméa

Les délégués pour la Nouvelle-Calédonie seront, en premier lieu, les représentants officiels de la Nouvelle-Calédonie auprès de l'État dans lequel ils seront accueillis. Ils seront chargés de conduire et de coordonner les actions de coopérations engagées par la Nouvelle-Calédonie dans ces territoires. Ils seront enfin en charge du développement des relations 



_



Politique | Les videos | Les archives | Les listes par commune