Connectez-vous

Des Ambassadeurs du lagon, de Boulouparis à l’Île des Pins

Lundi 8 Janvier 2018

Etre un médiateur auprès du public et un protecteur du lagon. Les Ambassadeurs du lagon sont désormais 30 en province Sud ! Après une première année concluante, les relais volontaires des gardes-nature sur le terrain ont vu leurs rangs s’étoffer de l’Île des Pins à Boulouparis en passant par Thio : 15 nouveaux opérateurs nautiques professionnels, après avoir suivi deux sessions de formation, ont signé la charte 2018.



Quelle est la mission des gardes-nature en province Sud ? Quelles sont les espèces marines protégées ? Quels sont les bons comportements à adopter sur un îlot ? Pourquoi protéger les populations de dugongs et de tortues ? Ce sont les questions auxquelles les futurs ambassadeurs du lagon seront amenés à répondre dans leur nouvelle mission de médiation et de protection de l’environnement marin.

Depuis l’année dernière, pour relayer l’action de la province Sud en termes de protection des écosystèmes du lagon et de valorisation durable, un réseau de personnes volontaires dénommées « les Ambassadeurs du Lagon » a été créé. Aujourd’hui, une trentaine d’ambassadeurs se sont engagés personnellement et collectivement à défendre, valoriser et promouvoir le patrimoine de biodiversité exceptionnelle dans le respect des réglementations.
Exemplarité et pédagogie

Quels sont les engagements des ambassadeurs ? « Etre exemplaire, diffuser un message pédagogique, intervenir auprès des usagers en cas de comportement inadapté observé et prévenir les gardes-nature de toute infraction grave constatée, commente Caroline Groseil, chef du service des gardes-nature de la province Sud. Ces personnes exercent une activité professionnelle nautique et utilisent le lagon comme support de développement de leurs activités. Ils ont un rôle crucial à jouer et il était important de les inclure dans nos démarches ».

« En 2016, le lancement des ambassadeurs du lagon a rencontré un vif succès. Cette démarche était expérimentale, mais cette année nous avons étendu le dispositif à toute la province Sud », explique Nina Julié, élue provinciale membre de la commission Environnement, qui rappelle l’importance de rester vigilant sur l’eau. « En Nouvelle-Calédonie, il y a un bateau pour 10 personnes. Chaque année, nous enregistrons 600 nouvelles immatriculations. Il est par conséquent nécessaire d’informer le public afin de préserver notre bien. Grâce aux Ambassadeurs du lagon, 1 000 usagers supplémentaires ont pu être sensibilisés. En plus des 8 000 usagers qui sont sensibilisés chaque année par les gardes-nature. »
Un véritable rôle

Juanito Kainda, de K Marina à Thio, fait partie de la quinzaine de nouveaux ambassadeurs avec notamment trois prestataires de l’Île des Pins qui se sont vus également remettre leurs titres en main propre au mois de décembre dernier.  Pour Juanito, devenir Ambassadeur du lagon est une vraie plus-value et un rôle important : « Je voulais être ambassadeur du lagon pour améliorer mon activité et sensibiliser les personnes sur les îlots », explique-t-il même si ce qu’il fait déjà auprès de sa clientèle et de son entourage. « Si on fait attention à la nature, la nature nous le rendra ! Avec l’accréditation, je sais que s’il y a une infraction au code de l’environnement, j’ai autorité pour le signaler. Cela donne de la crédibilité. »

Source province Sud



Politique | Société | Les videos | Entreprises | La Culture | Environnement | Les sports | Sciences | L'actualité | La vie des communes | Qui sommes-nous? | Océanie | Vu sur le Web | La vie des associations