Connectez-vous

Découverte de boulettes d’hydrocarbures à Lifou

Vendredi 24 Novembre 2017

Mercredi 22 novembre, des boulettes d’hydrocarbures ont été découvertes sur la plage de Mu à Lifou. L’origine de cette pollution de faible ampleur n’est pas encore connue.
Les autorités ont été informées ce jeudi matin de la présence de boulettes d’hydrocarbures sur la plage de Mu et dans une moindre mesure à Xodre, sur la commune de Lifou.



Le Kea Trader est-il responsable de cette pollution? c'est ce que les analyse devront déterminer.
Le Kea Trader est-il responsable de cette pollution? c'est ce que les analyse devront déterminer.
Le centre de traitement de crise maritime a aussitôt été activé. Au total, 5 à 6 kg d’hydrocarbures se seraient déposés sur la côte ces deux derniers jours et ont été ramassés. Toutefois, la date exacte du début de l’épisode de pollution n’a pas pu être déterminée.

Mesures de précaution
La population est invitée à ne pas toucher les boulettes d’hydrocarbures, qui doivent être ramassées de manière appropriée (port d’équipement de protection individuelle) et à prévenir les autorités en cas de découverte de toute pollution ;

Investigations et évolution de la situation
Un échantillon sera envoyé en métropole pour d’analyse, afin de déterminer la nature exacte de l’hydrocarbure incriminé et sa provenance.
 
La gendarmerie, ainsi que des équipes de la Direction de la sécurité civile et de la gestion des risques (DSCGR) du gouvernement de la Nouvelle-Calédonie ont effectué des reconnaissances terrestres, afin de confirmer que les autres plages de l’île n’avaient pas été touchées.

La vedette de la gendarmerie maritime, La Dumbéa, a également réalisé une reconnaissance en mer et procédera à un contrôle des 3 îlots environnants.

A l’issue d’une réunion associant l’État, le gouvernement de Nouvelle-Calédonie, la Province des îles Loyauté et la commune, il a été convenu :

➢ L’envoi à Lifou d’une équipe spécialisée dans la lutte anti-pollution de la société Briggs, qui intervient déjà sur le récif Durand. Après analyse de la situation, une équipe - qui sera formée, équipée et encadrée - sera recrutée sur place pour poursuivre le ramassage des hydrocarbures si l'épisode de pollution se poursuit.
➢ L’envoi sur zone du navire Pacific Titan, afin de procéder, si besoin est, à un chalutage des eaux.
➢ Un examen de la situation environnementale sera également engagé afin de prévenir et écarter tout risque pouvant porter atteinte à l’écosystème du littoral

Source Haut-Commissariat



Environnement | Les videos | Les archives