Connectez-vous

Coup d’accélérateur pour l’économie bleue

Vendredi 20 Décembre 2019

De retour d’une semaine en Métropole sous le signe de l’économie de la mer, Christopher Gygès, en charge de ce nouveau secteur au gouvernement, livre le bilan de son déplacement.



Coup d’accélérateur pour l’économie bleue


Poser les jalons du développement de l’économie bleue de la Nouvelle-Calédonie, tel était l’objectif de cette mission à Montpellier, puis à Paris, du 2 au 7 décembre. Le membre du gouvernement a tout d’abord représenté la Nouvelle-Calédonie aux Assises de l’économie de la mer, le principal rendez-vous annuel de la communauté maritime française. Une 15e édition marquée notamment par l’annonce du président de la République concernant l’achat de six patrouilleurs pour l’outre-mer français, dont « deux seront positionnés en Nouvelle-Calédonie pour remplacer les navires actuels », confirme Christopher Gygès.

Autre temps fort : l’engagement des acteurs au sein d’une coalition "Transition écologique et énergétique du maritime". Une démarche « positive » pour le membre du gouvernement, « car elle va dans le sens de nos propres ambitions pour l’économie bleue calédonienne ».

Les Assises de l’économie de la mer ont réuni plus de 1 500 participants au Corum de Montpellier.
Les Assises de l’économie de la mer ont réuni plus de 1 500 participants au Corum de Montpellier.

Favoriser les croisières de luxe

En marge des Assises, Christopher Gygès a également rencontré deux interlocuteurs de premier ordre pour le développement maritime local : la compagnie du Ponant et le Groupement des industries de construction et activités navales (GICAN).

Déjà présente en Nouvelle-Calédonie avec quatre à cinq touchers par an, la compagnie de croisières de luxe souhaiterait y ouvrir de nouvelles escales. Un projet soutenu par le membre du gouvernement qui entend « favoriser ce type de tourisme, plus adapté à la Nouvelle-Calédonie et moins destructeur que le tourisme de masse ». Le gouvernement adressera prochainement une lettre d’intention à la compagnie et une réunion de travail sera organisée avec les partenaires pour identifier des points de touchers potentiels.

Le cluster maritime de Nouvelle-Calédonie et Christopher Gygès composaient la délégation calédonienne aux Assises de la mer.
Le cluster maritime de Nouvelle-Calédonie et Christopher Gygès composaient la délégation calédonienne aux Assises de la mer.

Se positionner sur les marchés porteurs

Il a ensuite été question de chantier naval avec le GICAN, un puissant groupement qui fédère près de 190 industriels de la filière maritime française*, dont l’entreprise Naval Groupe. En février, ce groupe a conclu avec l’Australie un contrat sur 50 ans pour la création d’un chantier naval à Adélaïde, puis la construction, sur ce site, de douze sous-marins. Le tout pour 50 milliards de dollars australiens, soit 3 723 milliards de francs. Une aubaine pour les entreprises calédoniennes ? « Le président du GICAN s’est montré intéressé par le savoir-faire calédonien… », laisse entendre Christopher Gygès qui s’appuiera sur les partenaires locaux pour identifier les sociétés susceptibles de se positionner.

À noter qu’un partenariat avec le GICAN au plan de la formation a aussi été évoqué.

« Être là où se décide la stratégie maritime nationale »

Le membre du gouvernement a ensuite mis le cap sur Paris pour participer à la réunion annuelle du Comité France maritime outre-mer « où se décide la stratégie maritime française », précise Christopher Gygès dont la présence – la première d’un représentant officiel de la Nouvelle-Calédonie – a été saluée.

Animée par la ministre des outre-mer Annick Girardin, cette rencontre a permis de dresser les perspectives de l’économie bleue en outre-mer. « Ces travaux, poursuit Christopher Gygès, alimentent le comité interministériel de la mer (CIMER) avec lequel j’ai pu m’entretenir au sujet de Port Numbo. » Un projet d’envergure (construction d’une zone franche dédiée aux activités maritimes dans la baie de Numbo) pour lequel « l’État a confirmé son accompagnement », se félicite-t-il. Une bonne nouvelle, probablement liée à la création du secteur de l’économie de la mer au gouvernement calédonien, « très bien perçue par l’État, qui y voit la possibilité d’avancer sur de nombreux projets. »

* Construction navale - civile, de défense, de sécurité -, équipements, énergies marines renouvelables, valorisation et protection des océans, infrastructures côtières et portuaires.

Source gouvernement



Politique | Société | Les videos | Entreprises | La Culture | Environnement | Les sports | Sciences | L'actualité | La vie des communes | Qui sommes-nous? | Océanie | La vie des associations