Connectez-vous

Corps électoral : le "vœu pieux" d'une unité retrouvée

Mardi 25 Février 2014

Le conseil municipal de Noumea a adopté trois vœux déposés respectivement par le Groupe Engagement pour une Calédonie dans la France signé de Virginie Ruffenach, le groupe Mouvement Populaire Calédonien porté par Gaël Yanno et le Groupe "Changer c'est capital" porté par Jean-Pierre Delrieu.



À l'issue de ce qui sera probablement le dernier conseil municipal de la mandature comme l'a rappelé le Maire Jean Lèques, sauf, a-t-il insisté, plusieurs fois, "circonstances exceptionnelles", les conseillers municipaux ont été appelés à ce prononcer sur les trois vœux déposés.
Le Maire de Noumea avait, dès l'ouverture du conseil, proposé que les trois vœux soient lus par chacun des signataires, puis qu'une pause de 30 minutes permettent aux conseillers de se concerter avant le vote.
Au retour en séance après la pause, le Maire de Nouméa a insisté sur l'importance pour une mairie sans aucun conseiller indépendantiste de se regrouper autour de trois propositions certes différentes mais ayant l'objectif commun de s'opposer, d'une part, à la tentative de radiation de 6720 électeurs calédoniens revendiquée par le Président du Congrès, Roch Wamytan et d'autre part, à la venue d'une mission Onusienne chargée de "contrôler, superviser", les commissions de révision des listes électorales.


Le premier vœux soumis au vote fut celui du Groupe Engagement pour une Calédonie dans la France défendu par Virginie Ruffenach reprenant les actions portées par Pierre Frogier tendant à soutenir la proposition de loi constitutionnelle déposée par le Sénateur sur le bureau du Sénat, la tenue en urgence d'un comité des signataires exceptionnel et à défaut le report des élections provinciales et enfin le refus de la mission onusienne.

A l'issue de cette présentation, Gaël Yanno premier adjoint au Maire et candidat à la Mairie, fit un vibrant plaidoyer sur la nécessité pour les loyalistes, dans une occasion aussi importante, de se regrouper et d'oublier les dissensions du passé pour afficher conjointement leur volonté de s'opposer aux "manœuvres du FLNKS" même si les termes de ces différents vœux ne faisaient pas l'unanimité. Gaël Yanno annonçait clairement son souhait d'une position commune et partagée, sous les remarques de Virginie Ruffenach : "Ne faîtes pas d'électoralisme Monsieur Yanno".

Peine perdue malgré le soutien du Maire et de Gaby Briault insistant lui aussi sur la nécessité de se regrouper puisque le groupe "Changer c'est capital" annonçait par la voix Jean-Pierre Delrieux ne pouvoir accepter les termes de ce vœux.
Place au vote qui voyait les conseillers accepter le vœux à l'exception des représentants du groupe "Changer c'est capital" qui décidait de s'abstenir.
Le deuxième vœux soumis au vote des conseillers municipaux défendu par Gaël Yanno est lui adopté à l'unanimité.
Quant au dernier vœux qui est mis au vote, porté par le groupe "Changer c'est capital", après quelques échanges verbaux acides ou revanchards entre les protagonistes, il reçoit l'approbation du Groupe Mouvement Populaire Calédonien de Gaël Yanno et à la surprise de l'assistance le Groupe Engagement pour une Calédonie dans la France décide de votre contre et non pas de s'abstenir.
"Carrément" entend-on dans la salle du conseil.

Les trois vœux ayant cependant tous obtenu la majorité sont adoptés par le Conseil Municipal.
Une victoire à la Pyrrhus pour une majorité loyaliste qui aurait pu se regrouper autour d'une cause commune mais qui préfère à nouveau afficher ses dissensions. 

À quoi vont donc servir les prochaines étapes envisagées avec l'assemblée de la Province Sud le 27 février ou la convocation éventuelle d'une session extraordinaire au Congrès? À montrer le fossé qui sépare le Rassemblement UMP et Calédonie Ensemble... et en affichant les divisions du camp loyaliste à faire le jeu du FLNKS et de ses composantes.

Et si c'était justement ce de jeu là, stérile et pitoyable, souvent plus fait de postures que de convictions, que les électeurs ne voulaient plus.

Réponse dans les urnes pour ceux qui auront conservé le droit de vote.

En attendant le seul vainqueur de la journée fut Monsieur le Maire qui eût droit à sa "standing ovation".


Frédéric Dhie



Politique | Les videos | Les archives | Les listes par commune