Connectez-vous

Communiqué post Référendum de Calédonie Ensemble : Analyse

Mardi 6 Novembre 2018

Référendum 2018 : Une progression des voix non indépendantistes en province Nord et Iles insuffisante pour contrebalancer la mobilisation indépendantiste dans l’agglomération
(05.11.18) – En participant à près de 81% à la consultation du 4 novembre, les Calédoniens ont répondu par une mobilisation historique à un scrutin historique dont les principaux enseignements sont les suivants :



1. Une campagne et un scrutin apaisés
Le premier enseignement de la consultation du 4 novembre, c’est la maturité et le sens des responsabilités remarquables dont les Calédoniens ont fait preuve durant la campagne électorale et l’ensemble des opérations de vote. C’est ce qui a permis de faire de ce scrutin un rendez-vous démocratique exemplaire.
Calédonie Ensemble s’en félicite d’autant plus que nous avons prôné l’apaisement et le respect des convictions de chacun tout au long des 130 réunions que nous avons animées ces derniers mois.
C’est le même état d’esprit qui nous a animé lorsque nous nous sommes engagés dans le dialogue avec les indépendantistes pour aboutir à la Charte des valeurs calédoniennes et au Bilan politique partagé des Accords, pendant que d’autres boycottaient les discussions.
C’est également dans cet état d’esprit que nous avons mené une campagne responsable, autour d’un projet post-référendaire, pendant que d’autres prônaient la « purge » de l’indépendance.

2. Augmentation des voix non indépendantistes : La campagne de terrain de Calédonie Ensemble a porté ses fruits dans les provinces Nord et Iles
Alors que les non-indépendantistes totalisaient 4 584 voix en province Nord lors des provinciales de 2014, leur score a quasiment doublé avec 8 902 voix lors du référendum du 4 novembre. Ainsi, le rapport de force électoral indépendantistes/non-indépendantistes en province Nord s’est amélioré en faveur des non-indépendantistes : il était de 80/20 aux provinciales 2014, il est de 75,8/24,2 au référendum 2018.
En province des îles Loyauté
De la même manière, là où les non-indépendantistes avaient obtenu 939 voix en 2014 aux Iles Loyauté, nous avons rassemblé 2 305 voix, soit 2,5 fois plus dimanche dernier, pendant que les indépendantistes, eux, ont perdu 2 063 voix.
Ainsi le rapport de force électoral indépendantistes/non-indépendantistes s’est amélioré en province des Iles au profit des non-indépendantistes : il était de 93/7 aux provinciales de 2014, il est de 82/18 au référendum de 2018.
Nous sommes d’autant plus satisfaits de cette progression remarquable que nous avons mené une campagne particulièrement active dans le Nord et dans les Iles où nous avons tenu pas moins de 36 réunions dans les villages et les tribus, pendant que d’autres formations non-indépendantistes se concentraient sur les quartiers du Grand Nouméa, acquis à la cause du « NON » ...
De la même manière, nous avons diffusé deux brochures dans toute les boîtes aux lettres des provinces Nord et Iles: l’une sur le Patrimoine commun du peuple calédonien (Charte des valeurs calédoniennes et Bilan politique partagé de l’Accord de NOUMEA), l’autre, pédagogique, intitulée « Construisons par le dialogue – entre Calédoniens – un avenir dans la France aux couleurs de la paix».

3. Le doublement des voix indépendantistes en province Sud
Avec la même détermination, Calédonie Ensemble a mené campagne dans l’agglomération du Grand NOUMEA lors de 64 réunions, principalement dans les quartiers populaires.
Entre les provinciales de 2014 et le référendum du 4 novembre dernier, les non- indépendantistes et les indépendantistes augmentent chacun leurs scores de 11.800 voix en province Sud. Cette progression, équivalente à un doublement des voix indépendantistes, s’est pour l’essentiel opérée dans les quartiers populaires de Nouméa et dans l’agglomération.
Cette mobilisation exceptionnelle est directement à l’origine d’un rapport de force au référendum plus favorable aux indépendantistes (73,7/26,2) qu’il ne l’était aux provinciales de 2014 (82/18).

4. Un résultat qui rend plus que jamais nécessaire le dialogue entre indépendantistes et non-indépendantistes
56,4% de non à l’indépendance contre 43,6% de oui, c’est un résultat net en faveur du maintien au sein de la République, a fortiori lorsqu’il est adossé à une participation de 81% générant un écart de plus de 18 000 voix.
43,6% de oui à l’indépendance, c’est l’affirmation toute aussi nette d’un désir d’indépendance, a fortiori lorsqu’il est exprimé par une grande part de la population kanak.
Ce constat conforte le fait que l’arithmétique électorale ne peut pas à elle seule constituer une solution politique pour la Nouvelle-Calédonie. Il nous oblige plus que jamais à nourrir un dialogue approfondi entre indépendantistes et non- indépendantistes.
Tous ceux qui prétendent « purger » la question de l’indépendance en supprimant d’autorité les deuxième et troisième référendum (proposition de loi de Pierre FROGIER) prévus par l’Accord de Nouméa, ou en tentant de restreindre le droit à l’autodétermination (proposition du groupe BACKES/BLAISE), se trompent d’époque.
Le seul chemin viable pour notre pays est celui emprunté depuis les accords de Matignon : dialoguer pour faire émerger des consensus. Ce n’est que par cette voie que les modalités de mise en œuvre des référendums pourront être revues, parce que le consensus local sur le sujet est un préalable au consensus national au sein du Parlement de la République.
Parce que l’Accord de Nouméa a été constitutionnalisé et que son évolution, quelle qu’elle soit, ne pourra s’envisager que dans le cadre d’un consensus avec les indépendantistes.

Source Caledonie Ensemble



Politique | Société | Les videos | Entreprises | La Culture | Environnement | Les sports | Sciences | L'actualité | La vie des communes | Qui sommes-nous? | Océanie | Vu sur le Web | La vie des associations