Connectez-vous

Communiqué de CE : SLN : Appel à la responsabilité et à la solidarité

Mardi 29 Janvier 2019

(29.01.2019) Dans un communiqué diffusé hier concernant la situation de la SLN, le Rassemblement déclare :« les difficultés d'approvisionnement subies aujourd'hui par la SLN mettent en péril sa production », et le nouveau président par intérim du Rassemblement d’ajouter : « La seule solution à court terme pour que la SLN surmonte cette impasse financière est d'obtenir rapidement des autorisations d'exportation des minerais à faible teneur ».
...SAUF QUE VOILA : aucune demande d’autorisation d’exporter n’a été déposée sur le bureau du gouvernement de la Nouvelle-Calédonie par la SLN.... et pour exporter, il est nécessaire de pouvoir exploiter les mines.




Les Républicains Calédoniens voient dans ce blocage « diverses manœuvres à caractère politique de ceux qui au nom de la doctrine nickel, de main mise politique sur la ressource, intriguent pour faire fermer l’usine de DONIAMBO». Si le ridicule tuait, ce mouvement aurait dû s’auto-dissoudre au terme de ce communiqué.

Les syndicats de la SLN, quel qu’ils soient, ne sont pas à la solde d’un parti politique ou d’un autre. Ils défendent les intérêts qu’ils croient justes pour les salariés qu’ils représentent. Faire de l’USTKE et de la CSTNC les bras armés de Paul NEAOUTYINE c’est bien mal connaître les relations existantes entre les responsables de ces organisations syndicales et le président de la province Nord.
La situation qui conduit certaines mines à être perturbées dans leurs activités, voire bloquées comme à THIO, est liée au fait que le nouvel accord sur les 147 heures de travail mensuel, même s’il a été adopté par 5 organisations syndicales sur 7 (représentant 75% des salariés de l’entreprise) reste rejeté par la CSTNC et l’USTKE, qui sont représentatifs sur certains sites miniers.

Pour Calédonie Ensemble, le seul appel utile à passer est donc à destination des syndicats de l’entreprise, particulièrement ceux qui entravent l’activité sur les centres en leur demandant de faire preuve à la fois de responsabilité et de solidarité :

- Responsabilité et solidarité vis-à-vis de l’employeur SLN dont les difficultés sont réelles dans une conjoncture (chute des cours et concurrence agressive) particulièrement défavorable;
- Responsabilité et solidarité vis-à-vis de l’ensemble de leurs collègues salariés de la SLN, dont l’activité est mise en péril du fait de ces blocages à répétition ;
- Responsabilité et solidarité vis-à-vis du pays tout entier, car en exposant la SLN aux pires difficultés, ces oppositions font peser de très lourds dangers sur les équilibres économiques et sociaux du pays.

Quant au modèle économique de la SLN, il devra effectivement être révisé en profondeur parce que le monde du nickel a profondément changé ces dernières années. Une industrie low cost s’est développée, et 50% du nickel mondial est aujourd’hui produit à un prix de 4 dollars la livre ou moins...pour une SLN à 5, 80 dollars.

Il nous faut donc désormais mieux valoriser notre domaine minier qui ne doit plus être exclusivement au service de la métallurgie. Dans cette perspective, 4 millions de tonnes à faible teneur doivent pouvoir être exportées à l’horizon 2020. L’environnement et la compétitivité de l’entreprise ne peuvent qu’y trouver leur compte.

Source CE



Politique | Société | Les videos | Entreprises | La Culture | Environnement | Les sports | Sciences | L'actualité | La vie des communes | Qui sommes-nous? | Océanie | Vu sur le Web | La vie des associations