Connectez-vous

Chemin de l'Avenir : Bilan politique de l'accord de Nouméa

Lundi 13 Août 2018

Le groupe de dialogue « sur le Chemin de l’avenir » a adopté le « bilan politique de l’accord de Nouméa » : un acte de paix destiné à fédérer les Calédoniens.
(11.08.2018) Au terme de sa 12è réunion, le groupe de dialogue, mis en place à l’initiative du Premier Ministre, a adopté un « bilan politique partagé de l’accord de Nouméa ».




Ce nouveau texte complète la «Charte des Valeurs calédoniennes» adoptée définitivement par le groupe de dialogue lors de sa réunion du 27 juillet dernier en présence de François Seners, représentant personnel de Edouard Philippe.

Ces 2 documents affirment ce qui unit les Calédoniens de toutes sensibilités et de toutes ethnies indépendamment de leur opposition sur l’avenir institutionnel.
Ces 2 documents sont des actes de paix qui scellent les convergences entre Calédoniens avant qu’ils n’assument leur divergence lors du référendum du 4 novembre prochain.
Le « bilan politique partagé de l’accord de Nouméa », signé par les indépendantistes (Daniel Goa, Rock Wamytan, Paul Néaoutyine, Victor Tutugoro) et les non- indépendantistes (Philippe Gomès, Philippe Michel, Gaël Yanno), propose une vision commune du chemin accompli ces trente dernières années dans tous les domaines : l’émancipation et le droit à l’auto-détermination, la gouvernance, le vivre-ensemble et le rééquilibrage.

Sur tous ces sujets, le bilan met en avant les aspects positifs des politiques engagées mais n’occulte pas pour autant les divergences ou les difficultés :
- Sur l’émancipation : le document rappelle que nous sommes passés en 30 ans de la « revendication d’un droit autochtone à l’auto-détermination » à « l’exercice d’un droit calédonien à l’auto-détermination ».

- Sur la gouvernance : le partage des responsabilités entre l’Etat et la Nouvelle- Calédonie dans le cadre de la « souveraineté partagée », s’il a permis de nous gouverner nous-mêmes pose parfois des difficultés quant à l’effectivité de l’exercice des compétences transférées (droit civil et commercial par exemple). Sur la gouvernance toujours, si le partage des responsabilités entre indépendantistes et non-indépendantistes au niveau du gouvernement a globalement fonctionné, il y a eu toutefois plusieurs crises qui ont pénalisé parfois sur la durée, le fonctionnement de l’institution.
- Sur le vivre-ensemble : indéniablement, la citoyenneté calédonienne a contribué à l’émergence d’une identité collective. Pour autant, ses conditions d’accès font toujours débat, certaines communautés se sont senties parfois moins considérées et la montée de la délinquance menace aujourd’hui le vivre- ensemble. Il est proposé que le 26 juin, date de la poignée de main entre Jacques Lafleur et Jean-Marie Tjibaou, soit désormais retenue comme date anniversaire de cette nouvelle étape de l’histoire calédonienne contemporaine.
- Sur le rééquilibrage: incontestablement, le niveau d’éducation de la population s’est considérablement amélioré même si des inégalités territoriales demeurent, l’écart de développement humain entre la province Sud et les provinces Nord et Iles a été réduit et la réforme foncière a permis le rétablissement du lien à la terre même si la sécurisation des périmètres fonciers doit être renforcée au même titre que la valorisation des terres coutumières. Pour autant, le développement économique des provinces Nord et Iles reste à consolider et la question de l’évolution de la clé de répartition des ressources fiscales entre les provinces continue à se poser.

Le « bilan politique partagé de l’accord de Nouméa » et la « Charte des Valeurs Calédoniennes » constituent le socle de la paix dans notre pays. Ils sont le résultat du dialogue approfondi mené par l’UNI, l’UC, Calédonie Ensemble et Gaël Yanno ces huit derniers mois. Contrairement à ceux qui divisent les Calédoniens en boycottant la consultation ou en désertant la table du dialogue, nous avons eu pour ambition de fédérer les Calédoniens avant que chacun n’affirme sa conviction en glissant le bulletin de son choix dans l’urne le 4 novembre prochain.

Source CE



Politique | Société | Les videos | Entreprises | La Culture | Environnement | Les sports | Sciences | L'actualité | La vie des communes | Qui sommes-nous? | Océanie | Vu sur le Web | La vie des associations