Connectez-vous

Baser un navire de croisière à Nouméa ? c'est possible !

Mercredi 5 Février 2014

La compagnie Carnival y pense et Jean-Claude Briault aussi

La compagnie de croisière Carnival est le numéro 1 mondial de la croisière.

En avril 2003, la société originelle évolue en « Carnival Corporation & PLC », née de la fusion entre « Carnival Corporation » et « P & O Princess Cruises plc ».

"C’est une chance pour la Nouvelle-Calédonie et pour Nouméa"



Baser un navire de croisière à Nouméa ? c'est possible !
 lire sur son blog

http://www.jcbriault.info/article-un-navire-de-croisiere-base-a-noumea-possible-122404927.html


Aujourd’hui, le groupe contrôle les sociétés suivantes :
 
Carnival Cruise Lines
 
Holland America Line
 
Princess Cruises
 
Seabourn Cruise Line
 
Windstar Cruises
 
P & O Cruises
 
P & O Cruises Australia
 
Cunard Line
 
Swan Hellenic
 
Aida Cruises
 
Costa Cruises (Costa Croisières)
 
3 « tour companies » :
 
Holland America Tours
 
Princess Tours
 
 Il est en passe de posséder la première flotte de croisière au monde et de dominer plus de la moitié du marché mondial de la croisière.
 
UN DEVELOPPEMENT FULGURANT
 
 Son développement en Australie est fulgurant. Son taux de croissance y est l’un des plus importants du groupe. C’est la Nouvelle-Calédonie qui en bénéficie principalement en qualité d’escale, et les perspectives annoncées pour notre destination atteignent le million de passagers au delà de 2020.
 
 Les projets de développement du port, les perspectives d’aménagements urbains du centre-ville et de réalisation d’un Front de Mer intéressent au plus haut point les responsables de la compagnie.
 
 J’ai eu l’occasion de m’en entretenir ces jours derniers avec la Vice-présidente du groupe australien, plus spécialement en charge des opérations de P&O.
 
DES ENJEUX CONSIDÉRABLES 
 
 A l’évidence, la perspective de l’installation d’un navire de croisière, basé à Nouméa, entre désormais dans les réflexions de l’opérateur. Le développement des infrastructures, l’amélioration de leur qualité sera certainement un facteur important de décision.
 
 Plus encore sera celui du transport aérien à des tarifs adaptés pour la clientèle de croisière. Mais ils est vrai que la réflexion, dans ce domaine, devra alors être menée globalement et de manière différente. Les enjeux tourisme-hôtellerie-croisière pourraient alors devenir considérables.
 
 J’en retiens, en tout cas, que notre ambition relative au Front de Mer, à la redynamisation du centre-ville, à la réalisation d’un accès au centre-ville pour les croisiéristes s’inscrit dans une réalité économique à court et moyen terme.
 
 C’est une chance pour la Nouvelle-Calédonie et pour Nouméa.

Source : Blog de Gaby Briault



Archives du web