Connectez-vous

Amoureux des mots et du français

Lundi 18 Mars 2019

Opération multi-partenariale portée par le Creipac avec le soutien du gouvernement de la Nouvelle-Calédonie, la 23e édition de la Semaine de la langue française et de la francophonie se déroule du 16 au 24 mars et franchit les frontières nouméennes. Avec un slogan fédérateur : « En français s’il vous plaît ». Merci aux “sponsors” qui ont permis son organisation… pardon aux “parrains” !




« C’est cool, on part en week-end, on fait le forcing pour laisser les enfants à la baby-sitter, après ton brushing design, tu mets ton jean vintage pour le fun et on part en camping en pick-up avec un ou deux best-sellers, quelques hamburgers et les geeks apportent leur smartphone. OK ? » Aïe aïe aïe ! Tout faux ! Au moins durant une semaine, et selon le slogan retenu par Louise Mushikiwabo, ancienne ministre des Affaires étrangères du Rwanda et nouvelle secrétaire générale de l’Organisation internationale de la francophonie (OIF), nous nous efforcerons de parler « en français s’il vous plaît ». N’utilisons plus le mot “sponsoring”, mais évoquons plutôt le “parrainage”, privilégions le “plan d’affaires” au “business plan”, comme le suggère Bernard Deladrière, membre du gouvernement en charge de la francophonie.

Venue se greffer autour de la Journée internationale de la francophonie traditionnellement fêtée le 20 mars par 88 États et gouvernements sur les cinq continents, la Semaine de la langue française et de la francophonie célèbre l’ouverture et la créativité d’une langue partagée par plus de 300 millions de locuteurs dans le monde. En Nouvelle-Calédonie, membre associée de l’OIF depuis 2016, sa 23e édition est, comme les précédentes, organisée par le Creipac, Centre de rencontres et d’échanges internationaux du Pacifique.

La  jeunesse au cœur du dispositif

« Deux idées-forces nous guident, explique Bernard Deladrière. Utiliser la culture pour aller vers le public et promouvoir la langue française et la francophonie comme le préconisait déjà Joachim du Bellay au XVIe siècle dans son ouvrage La défense et illustration de la langue française. Mais aussi se tourner vers la jeunesse. La déclaration adoptée lors du 17e Sommet de la francophonie à Erevan en octobre 2018 rappelle “la place essentielle de la jeunesse francophone et son rôle déterminant dans la diffusion des valeurs du vivre ensemble”».

« Pendant une semaine, du Nord au Sud et dans les Îles nous allons parler, écrire et jouer, se réjouit Bernard Deladrière, en ne cessant d’avoir à l’esprit les valeurs universelles de la francophonie : paix, tolérance, partage et diversité culturelle et linguistique ». De nombreuses manifestations sont prévues, à partir du samedi 16 mars. Avec le concours de l’Alliance Champlain, de la direction de l’Enseignement de la Nouvelle-Calédonie, du vice-rectorat, du réseau de médiathèques de la bibliothèque Bernheim qui permet cette année de toucher des jeunes de Thio et Lifou, de l’Association Témoignage d’un passé (Atup), et le soutien de la Mission aux affaires culturelles du haut-commissariat.

Arabesque, logogramme, phylactère…

Fil conducteur de la semaine, l’opération de sensibilisation à la langue française « Dis-moi dix mots » invite chacun à s’exprimer sous une forme littéraire ou artistique, à laisser libre cours à son imagination. Dix mots à écrire, dessiner, peindre, slamer, chanter, filmer, etc.  Au menu cette année : “arabesque”, “composer”, “coquille”, “cursif”, “gribouillis”, “logogramme”, “phylactère”, “rébus”, “signe” et “tracé”. Ces dix mots se trouveront au cœur d’un atelier conte, d’un match d’improvisation ou encore d’une séquence graff. « L’objectif est de faire passer du tag, acte de vandalisme tourné vers soi, à du graff, acte créatif et citoyen, tourné vers les autres », précise Valérie Meunier, directrice du Creipac.

Principale nouveauté en 2019, la dictée du Pacifique junior, proposée, pour les enseignants volontaires le vendredi 22 mars et qui ponctuera un travail de plusieurs jours. « Un prétexte pour que les enfants prennent plaisir à découvrir de nouveaux mots, indique Valérie Meunier. Le but n’est absolument pas de stigmatiser ceux qui auraient du mal à comprendre ou à écrire ces mots, mais bien de leur donner envie de jouer avec la langue française ».

Demandez le programme !

- La dictée du Pacifique : organisée par l’Alliance Champlain. Les 3 premiers adultes et les  3 premiers adolescents récompensés. Samedi 16 mars à 13 h 30, salle d’honneur de la mairie de Nouméa.

- Atelier conte : autour des 10 mots, avec le comédien Sylvain Lorgnier. Ouvert à tous publics le mercredi 20 mars à 14 h à Lifou (bibliothèque de Löhna), le jeudi 21 mars à 10 h à la médiathèque du Mont-Dore et à 18 h 30 à la médiathèque de Thio, le samedi 23 mars à 10 h à la bibliothèque Bernheim.

- Chasse au trésor : deux heures de jeu de piste dans le cœur historique du bagne à Nouville, avec l’association Témoignage d’un passé. Mercredi 20 mars à 14 h au Creipac.

- Lexique Iaai : découverte de la langue parlée à Ouvéa, par Daniel Miroux, président de l’Alliance Champlain. Mercredi 20 mars à 18 h à Calédo Livres et jeudi 21 mars à 17 h au Sénat coutumier.

- Atelier graff : fresque illustrant les 10 mots, réalisée par des lycéens du Grand Nouméa encadrés par Yann Skyronka. Jeudi 21 mars au Creipac.

- Dictée du Pacifique junior : écrite par l’écrivain et scénariste Sosthène Desanges. Pour tous les élèves du cycle 3 (CM1, CM2 et 6e) de Nouvelle-Calédonie. Vendredi 22 mars.

- Match d’impro : spectacle en plein air autour des 10 mots, avec la troupe Ouhlala. Vendredi 22 mars à 19 h dans les jardins du Creipac.
 

Source gouvernement



Culture | Les videos | Les archives