Connectez-vous

l'Ultimatum de Calédonie-Ensemble !

Lundi 15 Décembre 2014

Communiqué de presse du 14 décembre 2014 :Lors des élections provinciales du 11 mai dernier, la majorité des Calédoniens de sensibilité non indépendantiste a accordé sa confiance à Calédonie Ensemble, confirmant ainsi le choix déjà effectué lors des législatives de juin 2012 et des municipales de mars 2014.




Avec 27 500 voix, Calédonie Ensemble a recueilli deux fois plus de suffrages que le Front pour l’Unité (14 700 voix) ou que l’Union pour la Calédonie dans la France (13 600 voix).
Pour autant, nous avons proposé au FPU et à l’UCF de conclure un contrat de gouvernance solidaire afin de garantir la stabilité politique de nos institutions, ouvrir des discussions constructives sur la sortie de l’Accord de Nouméa et engager les réformes nécessaires au sauvetage des régimes sociaux ainsi qu’au rétablissement des équilibres budgétaires de la Nouvelle-Calédonie. C’est grâce à ce Contrat de Gouvernance Solidaire (CGS) que le FPU occupe aujourd’hui la présidence du gouvernement de la Nouvelle-Calédonie et l’UCF, celle du Congrès.
Dans les semaines qui ont suivi, il est apparu très rapidement que, malgré cette main tendue, le FPU n’entendait pas tenir ses engagements, notamment en ce qui concerne les discussions sur la sortie de l’Accord de Nouméa. A l’instar de l’Union Calédonienne, Pierre FROGIER a boycotté le dernier comité des signataires. Il a récusé la mission d’écoute et de conseil constituée pour faciliter l’ouverture des discussions, ainsi que la mission d’information interparlementaire chargée d’en assurer le suivi. Il refuse toute discussion sur la sortie de l’Accord de Nouméa, dans l’attente de l’hypothétique réélection de Nicolas Sarkozy à la présidence de la République en 2017.
Aujourd’hui, il apparaît clairement que le FPU n’a pas non plus l’intention d’assumer ses responsabilités en ce qui concerne les nouveaux impôts qu’il faut lever pour assurer le sauvetage des régimes sociaux et le retour aux équilibres budgétaires de la Nouvelle-Calédonie. Ce constat est d’autant plus inacceptable que le FPU est très
largement responsable de cette situation qui découle directement de son bilan de gestion de la mandature précédente. C’est d’ailleurs probablement ce qui l’avait conduit à apposer sa signature sur l’agenda fiscal partagé et les projets de textes fiscaux qui en découlent, avant de se renier aujourd’hui, alors même que tous les partenaires sociaux réclament le respect des engagements pris.
Cette stratégie de la terre brûlée consiste à faire payer aux Calédoniens la sanction subie lors des dernières élections, pour avoir imposé le drapeau du FLNKS, conclu des alliances politiques contre-nature et plombé les comptes de la Nouvelle- Calédonie.
Elle procède d’une volonté délibérée de torpiller de l’intérieur toute avancée sur la question de la sortie de l’Accord de Nouméa et toutes mesures de redressement de la situation économique et sociale du pays. Cette position rend caduque la démarche initiée au travers du Contrat de Gouvernance Solidaire.
Calédonie Ensemble s’opposera à cette stratégie irresponsable et dangereuse pour l’intérêt général.
En conséquence, nous annonçons que nous démissionnerons du Gouvernement de la Nouvelle-Calédonie si les élus du FPU ne respectent pas les engagements qu’ils ont pris en matière de réforme fiscale.

FLG/CE



Politique | Les videos | Les archives | Les listes par commune