Connectez-vous

Une agence pour mettre en œuvre la transition énergétique

Mercredi 12 Octobre 2016

Le gouvernement a examiné l’acte de création de l’agence calédonienne de l’énergie. C’est l’une des mesures phares pour accompagner la mise en œuvre des actions préconisées par le Schéma pour la transition énergétique.





Opérationnelle début 2017 – après avoir été soumise au vote du Congrès – l’agence calédonienne de l’énergie sera l’outil de promotion des objectifs fixés par le Schéma pour la transition énergétique de la Nouvelle-Calédonie (disponible sur maitrise-energie.nc). Pour rappel, celui-ci comporte un vaste plan d’économie d’énergie, ainsi qu’un programme sans précédent de développement des énergies renouvelables.

Des missions élargies

« L’énergie la moins chère est celle qu’on ne consomme pas, insiste Philippe Dunoyer, membre du gouvernement en charge notamment de l’énergie. L’agence calédonienne de l’énergie aura donc une mission d’information et de sensibilisation pour changer les habitudes de consommation à tous les niveaux. » Par ailleurs, cet établissement public sera chargé de financer des projets contribuant à la maîtrise de l’énergie. « À ce titre, l’agence va englober le Comité territorial pour la maîtrise de l’énergie (CTME) », poursuit le membre du gouvernement.

L’agence calédonienne de l’énergie pourrait également intervenir dans le montage financier de grandes opérations comme la nouvelle centrale électrique de la SLN, mais aussi accompagner des projets d’envergure dans le domaine des énergies renouvelables tels que le barrage de la Ouinné, aux côtés d’Enercal.

* Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie

Pas de nouvelles taxes

L’Agence calédonienne de l’énergie sera financée par deux taxes qui existent déjà. « Elle bénéficiera d’abord des fonds que l’Ademe* alloue au CTME, mais aussi de la taxe pour les énergies renouvelables qui génère entre 50 et 60 millions de francs chaque année », détaille Philippe Dunoyer. Ce prélèvement sur l’essence (0,60 F/litre) est actuellement versé au fonds de concours pour la maîtrise de l’énergie du CTME. L’établissement public sera aussi alimenté par l’affectation de 50 % du surplus dégagé par la taxe sur l’électricité due par les distributeurs électriques, soit 150 millions de francs en 2017. La moitié restante reviendra au Fonds d’électrification rurale afin de renforcer son programme d’actions.




Environnement | Les videos | Les archives