Connectez-vous

UCF : Explication de vote Budget primitif Nouvelle-Calédonie 2016

Mercredi 30 Décembre 2015

Nouméa le 29 décembre 2015
L’UCF aujourd’hui se positionne sur un vote responsable, car il est de notre devoir de rassurer le monde économique et les calédoniens en général. Il ne serait pas raisonnable d’ajouter à la crise de confiance que traverse aujourd’hui la Nouvelle-Calédonie, une crise politique comme cela s’est vu à Tahiti où le monde politique n’a pas été à la hauteur des attentes de la population.



UCF : Explication de vote Budget primitif Nouvelle-Calédonie 2016

C’est donc en responsabilité que nous allons voter pour ce budget, car la Nouvelle-Calédonie doit continuer d’avancer.
Nous constatons avec satisfaction que le membre du gouvernement en charge du budget a réalisé un véritable travail en imposant des efforts drastiques en dépenses de fonctionnement des administrations car face à des ressources fiscales en berne, nous n’avons pas d’autres choix que de réduire nos dépenses. Nous saluons parallèlement le travail de retraitement du budget qui permet une meilleure lisibilité, et donc une plus grande efficience dans sa gestion.
Mais, tout en constatant ces points positifs, nous ne pouvons pas rester aveugles sur certains éléments qui appellent de notre part des critiques.
Tout d’abord nous rappelons que nous condamnons sans réserve le cadeau fiscal de 3 milliards octroyé à la SMSP. Cette société qui se revendique « société pays » a le devoir d’honorer sa dette, quitte à l’étaler. Ces 3 milliards manquent cruellement à la Nouvelle-Calédonie, et parce que le gouvernement a décidé de faire ce cadeau, il incombera aux contribuables calédoniens de payer pour la SMSP.
Ajoutons que la logique des alliances politiques au gouvernement contraint son président, cela est évident à la lecture du budget, à demander des efforts inégaux selon les portefeuilles. Nous sommes surpris que les restrictions financières ne soient pas supportées par tous. Quel message envoyons nous alors aux calédoniens ?
Ensuite nous appelons le gouvernement à cesser sa politique schizophrénique vis à vis du monde économique. On ne peut pas se plaindre de la récession économique et chercher à rétablir la

confiance des investisseurs tout en tapant, pour des raisons politiciennes, sur le monde du nickel, qu’il s’agisse de la SLN, de VALE ou des petits mineurs qui ont été traités comme des moins que rien par le gouvernement sur leurs demandes d’exportation vers la Chine.
Par ailleurs, nous nous étonnons que le vote de ce budget n’ait pas été précédé comme cela avait été promis par le gouvernement par un séminaire sur le financement des dépenses de santé. Nous ne sommes pas aveugles sur la quasi impossibilité de financer le taux directeur attendu par le CHT en vue de son déplacement vers le médipôle, dans les circonstances actuelles.
Or pour nous les choses sont claires : il est hors de question de créer de nouvelles taxes. Nous avons déjà matraqué fiscalement les calédoniens en 2014 avec les mesures d’urgence pour couvrir le dépassement des régimes de solidarité. Nous nous opposerons comme nous nous sommes déjà opposés à toutes les taxes qui pourraient porter atteinte au pouvoir d’achat déjà bien affaibli de nos concitoyens.
Pour finir, nos débats aujourd’hui mettent en lumière une situation sur laquelle il faut être clairvoyant : le gel des recettes fiscales provoque de graves difficultés à la Nouvelle-Calédonie qui lui font craindre pour son activité économique et son taux de chômage.
Face à un tel constat, comment peut-on continuer à faire croire aux calédoniens que supprimer les 160 milliards qui sont perçus de la France serait sans conséquences ? Les effets seraient catastrophiques pour le bien-être des calédoniens dans un contexte de crise du Nickel où les retombées fiscales, ou les dividendes par les usines du Nord et du Sud, sont inexistantes.
Comment ferions-nous alors pour garantir un niveau de santé acceptable ?
Comment ferions-nous pour payer les enseignants de nos enfants ?
Pour payer nos hôpitaux, nos routes ?
Pour garantir les allocations familiales, et les retraites de nos anciens ?
Comment se fait-il que personne, dans le monde indépendantiste, n’ait pu apporter de réponses à ces interrogations ?
En conclusion, bien que la proposition de budget 2016 de la Nouvelle-Calédonie appelle aux critiques que nous avons développé, le groupe UCF, en responsabilité, votera pour.(UCF)





Politique | Les videos | Les archives | Les listes par commune