Connectez-vous

Tahiti : Examen du budget général 2014 du Pays... jusqu'au bout de la nuit

Vendredi 6 Décembre 2013

Le budget général de la Polynésie française pour l’exercice 2014 a été adopté mercredi soir, tard dans la nuit (22h10 très exactement), par trente-huit voix « pour » et dix-neuf abstentions (A Ti’a Porinetia et UPLD).



Tahiti : Examen du budget général 2014 du Pays... jusqu'au bout de la nuit
Débuté le matin même, à partir de 9h, l’examen de ce projet de délibération – comportant dix-huit articles avec une foule innombrable de chapitres par secteur d’activité – constituait le « gros morceau » de cette fin de session budgétaire 2013.
 
Pour rappel, le budget primitif représente l’acte principal du gouvernement. Il prévoit l’ensemble des recettes de la collectivité durant l’année à venir et détermine l’utilisation des moyens publics dans la conduite de la politique économique et sociale fixée par la nouvelle majorité au pouvoir.
 
Dans un contexte économique et financier encore extrêmement difficile, le budget primitif 2014 se doit de poser les jalons de ce retour à la croissance tant attendu par les Polynésiens. C’est le sens d’un budget certes rigoureux, mais qui, pour la première fois depuis de nombreuses années, permet de dégager un excédent de fonctionnement suffisant pour couvrir le remboursement de notre dette et financer une partie de nos investissements.
 
Les dépenses dites « obligatoires » continuent d’augmenter globalement en valeur absolue pour atteindre 37,175 milliards de Fcfp et leur poids sur le budget de fonctionnement dépasse les 34%. Cela comprend des postes comme le versement au FIP-Communes (13,916 mds), les intérêts de la dette (4,200 mds)ou encore le remboursement en capital de la dette (8,420 mds).
 
Les recettes de fonctionnement pour 2014 sont quasi-stables aux alentours de 109 milliards dont près de 80% proviennent de recettes fiscales.
 
L’une des innovations de la copie 2014, c’est que toutes les dispositions sont prises pour agir concrètement et lutter contre la détresse sociale. Le Fonds pour l’emploi et la lutte contre la pauvreté (FELP) est l’outil qui permettra de mobiliser les moyens financiers pour relever ce défi. En 2014, le FELP disposera d’une enveloppe de 26 mds, hors la participation attendue de l’Etat sollicitée à hauteur de 3,6 mds.
 
Parallèlement, le Pays entend relancer la commande publique. Les 18,1 mds de crédits de paiement nouveaux prévus au titre du BP 2014 viendront s’ajouter  aux 15,8 mds devant être reportés, soit un total de 34 mds de Fcfp.
 
Quant au niveau d’emprunt pour l’année prochaine, il est limité à 7,7 milliards de Fcfp, contre 10 mds inscrits en 2013.
 
La séance s’est achevée par l’adoption dans la foulée des budgets des huit comptes spéciaux et par celui de l’assemblée de la Polynésie française.

Source : Tahiti News



Les Communiqués sur l'Océanie | Archives Océanie