Connectez-vous

Quatre jeunes Néo-Calédoniennes au pôle espoir d'Issoire

Lundi 25 Septembre 2017

Il y a encore 15 jours, elles se trouvaient aux antipodes, en Nouvelle-Calédonie, au beau milieu du Pacifique. Désormais pensionnaires du pôle issoirien, elles cherchent leurs marques.





Dans leurs sourires juvéniles, comme un brin de nostalgie. Aussi une douceur de ces îles lointaines où la chaleur du soleil est toujours atténuée par une brise marine. « Chez nous, on vit dehors », lâchent-elles d'une voix unanime. Sûr que les petits matins frileux actuels ont de quoi les surprendre.

Mais qui sont ces jeunes ados venues de cette France lointaine ? Et pourquoi ont-elles fait ce long voyage ? Toutes sont des athlètes en devenir, repérées très tôt par les staffs locaux. « Chez nous, garçons ou filles, on a le choix entre foot et volley. Nous avons passé de nombreux tests, puis intégré le pôle local. » Dès lors, elles étaient pratiquement programmées pour faire, un jour, le grand saut vers la mère patrie.
Un saut de bottes de sept lieux que Fétuao Tangopi (13 ans) de la tribu Tackédji, Roselyne Jemes (14 ans) de l'île Maré, Coralie Maccam (14 ans) de Grande Terre et Déborah Rokuad (15 ans) de Lifou, ont franchi avec des états d'âmes bien différents.

Fétuao apprécie visiblement de « vivre un rêve éveillé. Je voulais absolument rejoindre ma sœur, arrivée ici l'année dernière. » Pour Roselyne et Coralie, la séparation a été plus difficile. « Nos parents ont longtemps hésité et ont fini par accepter parce que nous avons des cousins à Clermont. Mais ça reste dur de quitter sa famille. »

La voix de Deborah tremble un peu plus, même si, elle aussi, a retrouvé sa grande sœur sur place. « Mes parents me manquent. »

Heureusement, ces jeunes filles sont habituées aux longs déplacements. « Nous vivons sur des îles différentes. Pour aller au collège, faire des courses particulières, on prend régulièrement l'avion. » Mais d'habitude, le retour à la maison se fait le jour même. Désormais, le retour au « pays » est programmé pour l'été prochain. Pas rien, l'aventure !

Source Maurice Ponga et Sport Auvergne.fr



Sports | Les videos | Les archives