Connectez-vous

Publication d’une analyse coûts-avantages de l’exploitation des ressources minérales des grands fonds marins en Océanie

Vendredi 4 Mars 2016

Une analyse coûts-avantages a été effectuée à la demande de la Communauté du Pacifique (CPS) et de l’Union européenne (UE), afin d’étudier différents scénarios d’exploitation des ressources minérales des grands fonds marins dans trois pays insulaires océaniens.




 
Le rapport qui en découle vise à aider les pays insulaires océaniens à prendre des décisions concernant les minéraux des grands fonds marins et à fournir des informations sur l’ampleur des retombées possibles de l’exploitation de ces ressources.
 
Cette analyse, conduite par Cardno, entre février et octobre 2015, donne aux décideurs une idée des contraintes et des obstacles susceptibles de limiter les bénéfices nets qui pourraient être tirés de l’exploitation des ressources minérales des grands fonds, compte tenu du contexte actuel.  
 
Elle s’inscrit dans le cadre du Projet Ressources minérales des grands fonds marins, mis en œuvre par la CPS et visant à améliorer la gouvernance et la gestion des ressources minérales des grands fonds dans 15 États océaniens.
 
En se fondant sur le potentiel que représentent ces ressources dans trois pays, l’analyse détermine la valeur monétaire de tous les aspects liés à l’exploitation minière des sulfures polymétalliques en Papouasie-Nouvelle-Guinée, des nodules de manganèse aux Îles Cook et des encroûtements cobaltifères aux Îles Marshall.
 
« Cette analyse coûts-avantages a été menée en consultation avec les nations insulaires océaniennes, l’objectif étant de mieux connaître les coûts et les avantages associés à l’exploitation minière des fonds marins », a expliqué Akuila Tawake, Coordonnateur du Projet à la CPS.
 
« Il s’agit surtout d’aider les nations océaniennes à prendre des décisions éclairées, le jour où elles souhaitent se lancer dans cette nouvelle industrie, » a-t-il ajouté.
 
Le rapport montre notamment que l’exploitation des sulfures massifs en Papouasie-Nouvelle-Guinée présenterait des avantages qui dépasseraient de loin les coûts engendrés.
 
Il révèle également que le scénario d’exploitation qui présente les meilleurs bénéfices nets est celui proposé pour les Îles Cook (selon ce scénario, quatre métaux seraient extraits et la compagnie minière serait propriétaire de l’exploitation et d’une unité de transformation installée à l’étranger).
 
En revanche, il apparaît, à la lumière des deux scénarios étudiés, que l’exploitation des encroûtements cobaltifères aux Îles Marshall ne serait à ce jour pas viable sur le plan économique, compte tenu des cours actuels des métaux, des prévisions d’extraction et des coûts associés aux technologies.
 
Le rapport conclut que, tant que des mesures adéquates sont prises pour gérer les richesses sur le long terme et transférer les risques environnementaux des populations du pays hôte vers la compagnie minière, il est fort probable que les bénéfices sociaux soient plus importants que les coûts sociaux.
 
Pour M. Akuila, si cette analyse ne porte que sur trois pays, elle formule des conclusions et des observations importantes qui pourront servir aux autres nations océaniennes dotées de ressources minérales marines profondes similaires.
 
Le rapport,  intitulé An Assessment of the Costs and Benefits of Mining Deep- Sea Minerals in the Pacific Island region, est disponible à l’adresse suivante (en anglais uniquement) : http://gsd.spc.int/dsm/index.php/publications-and-reports.




Les Communiqués sur l'Océanie | Archives Océanie